État d’urgence : l’État policier pour éluder tout bilan critique: et tout cela,sous un gouvernement « socialiste », …

https://www.laquadrature.net/fr/etat-urgence-etat-policier

État d’urgence : l’État policier pour éluder tout bilan critique

Paris, le 19 novembre 2015 — L’Assemblée nationale a voté aujourd’hui le projet de loi sur la refonte de l’état d’urgence1, adopté en extrême urgence dans un climat de surenchère autoritaire sans précédent. La Quadrature du Net s’inquiète de plusieurs mesures contenues dans la loi, notamment concernant les perquisitions informatiques, la censure d’Internet et la liberté d’association. À rebours de toute réflexion de fond sur les causes profondes des attentats et la manière de régler une situation complexe, la classe politique dans son ensemble se désavoue elle-même en répondant par la restriction générale des libertés publiques à une attaque sans précédent contre nos libertés.
pour votre sécurité

Si le projet de loi précise et actualise un certain nombre de points, notamment en rouvrant une possibilité de recours administratif, La Quadrature du Net regrette profondément qu’il soit refondu dans des délais rendant impossible un examen serein et un débat éloigné des émotions actuelles. Les modifications qui sont faites sur le texte ne sont pas anodines et touchent profondément aux libertés fondamentales. La Quadrature du Net appelle les sénateurs qui voteront le texte demain à adopter des amendements visant à restreindre la portée temporelle de l’état d’urgence, à renforcer le contrôle judiciaire et à borner strictement toutes les mesures exceptionnelles afin d’éviter toute utilisation de l’état d’urgence à des fins autres que celles ayant justifié sa déclaration.

En effet, les mesures votées sous pression du gouvernement par les députés en ce jour touchent aux fondements des libertés publiques et individuelles :

  • Tout d’abord sur la prorogation de 3 mois de l’état d’urgence, qui n’est pas justifiée par d’autres motifs que celle de s’affranchir du principe de séparation des pouvoirs. Depuis le début de l’état d’urgence samedi dernier, nombre de perquisitions administratives conduites le sont pour des affaires relevant du droit commun, sans aucun lien avec la lutte antiterroriste, et préfigurent un État policier que la prorogation de trois mois risque de banaliser.
  • Au sujet de la perquisition administrative, l’extension aux appareils électroniques et informatiques ne se limite pas à la copie des éléments trouvés sur les appareils, mais permet également la saisie de l’ensemble des éléments et documents « accessibles à partir du système initial ou disponibles pour le système initial ». En dehors de tout contrôle strict par l’autorité judiciaire, c’est donc open bar pour aller chercher de façon extrêmement large n’importe quelle information sur n’importe quel appareil électronique ou informatique de résidents français, et notamment toute information accessible via des identifiants, mots de passe collectés lors d’une perquisition, tout contenu stocké sur Internet, etc.
  • Les députés ont également voté un amendement permettant au Ministre de l’Intérieur de faire bloquer sans délai tout site Internet « faisant l’apologie du terrorisme ou provoquant à des actes de terrorisme ». Ce blocage administratif et secret, instauré avec la loi antiterrorisme de 2014 qui confiait déjà cette possibilité aux services de police, ne bénéficiera d’aucun contrôle judiciaire (pas même celui de la CNIL prévu en temps normal).
  • En ce qui concerne l’assignation à résidence, il est à noter que la nouvelle rédaction allège sensiblement les conditions nécessaires à cette mesure gravement attentatoire aux libertés individuelles : là où le texte de 1955 demandait que l’ « activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre publics », le projet de loi prévoit quant à lui de s’appliquer au personnes pour lesquelles il existe des « raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics », formulation beaucoup plus large et floue. Aucune définition des « raisons sérieuses » n’est donnée. L’étude d’impact explique que les personnes visées sont celles « qui ont appelé l’attention des services de police ou de renseignement par leur comportement ou leurs fréquentations, propos ou projets ». Cette mesure laisse donc la porte ouverte à des interprétations très larges, d’autant plus graves que les mesures prises en état d’urgence ne sont pas garanties par l’intervention du juge judiciaire.
  • De même, le texte précise que cette assignation se fera sur des lieux déterminés par le Ministre de l’Intérieur, ce qui ouvre la voie aux pires demandes de rétention évoquées dans la classe politique (certains ayant évoqué des « camps d’internement »), avec possibilité de placement sous bracelet électronique.
  • Concernant la dissolution de groupes et d’associations, la procédure permet une interprétation très large et donc une atteinte grave à la liberté d’association, en décrivant des associations qui « participent à la commission d’actes portant une atteinte grave à l’ordre public, ou dont les activités facilitent cette commission ou y incitent », ce qui permettrait d’y inclure nombre d’associations promouvant, par exemple, l’utilisation de technologies de chiffrement qui sont utilisées certes par des criminels, mais surtout principalement par de nombreux citoyens innocents. Cette crainte est renforcée par le fait que les pouvoirs extraordinaires conférés au pouvoir administratif par l’état d’urgence sont actuellement utilisés pour des affaires sans lien avec l’anti-terrorisme.

« Le débat et le vote de la loi sur l’état d’urgence à l’Assemblée nationale montrent que les députés et le gouvernement sont dans le déni complet de la situation actuelle. Ce vote marqué par une ambiance d’acharnement contre l’État de droit et la séparation des pouvoirs montre que la France est bien loin d’avoir entrepris le travail nécessaire à un vrai règlement du risque terroriste dans toute sa profondeur. Nous appelons les citoyens à marquer leur désapprobation auprès de leurs représentants de manière très claire, puisque c’est au nom de leurs craintes que les députés, paniqués, sacrifient aujourd’hui les libertés. Ils croient ainsi créer un illusoire sentiment de sécurité en mettant en place, pour plusieurs mois, un État réellement policier2. Devant ce vote en sur-urgence3, il ne nous reste plus guère que la possibilité de documenter le désastre, en espérant un sursaut proche. » déclare Adrienne Charmet, coordinatrice des campagnes de La Quadrature du Net.

La Quadrature du Net vous invite à appeler vos députés pour leur demander d’ouvrir une enquête parlementaire d’investigation sur les lois de surveillance et antiterroristes : la réponse aux attentats ne peut pas être qu’une baisse des libertés ! Agissez maintenant pour demander un vrai bilan !

  • 1. Le texte a été adopté à 551 voix contre 6.
  • 2. La principale caractéristique de l’état d’urgence étant de placer entre les mains de la police les prérogatives normalement attribuées au pouvoir judiciaire
  • 3. Texte présenté en conseil des ministres mercredi matin, en commission des lois de l’Assemblée nationale le même jour, votée à l’Assemblée nationale jeudi matin, en Commission des lois du Sénat jeudi après-midi, au Sénat vendredi matin
Publié dans Actualités et politique

Une opinion de Karim Sheikh Hassan, avocat au barreau de Bruxelles, piquée dans la « Libre »,…

Une opinion de Karim Sheikh Hassan, avocat au barreau de Bruxelles, piquée dans la « Libre »,… À noter toutefois, qu’il y a encore 4 ans, sous la « sinistre » « dictature » de Assad, le peuple syrien vivait encore en paix. Comme toujours, cette guerre « civilee,  est partie d’ une des frontières de la Syrie, de la part d’ opposants « démocrates », venue et fomentée de l’ extérieur. Elle n’ a plus cessé de s’ étendre, … De plus la Syrie de Assad accueillait des centaines de milliers de réfugiés, fuyant les guerres d’ agressions déclenchées par les Ricano-occidentaux, …

Début avril, plusieurs naufrages ont coûté la vie à plus d’un millier de personnes qui tentaient de rejoindre le continent européen. Ces tragédies ont suscité un ballet de réactions désolées des responsables européens qui semblaient enfin prendre la mesure de l’ampleur de la catastrophe. Le cynisme de cette prétendue prise de conscience des dirigeants européens semblait déjà évident tant cette hécatombe était prévisible. Elle était en effet la conséquence logique d’une politique migratoire essentiellement sécuritaire et mortifère.

Aujourd’hui, force est de constater que les mesures prises à la suite de ces naufrages sont plus irresponsables que jamais. Le conseil extraordinaire qui a suivi la série de drames survenus en avril n’a fait que renforcer l’orientation résolument sécuritaire des politiques européennes. La première mesure « majeure » a été de renforcer Frontex, agence investie d’une double fonction.

D’une part, elle a pour mission première de renvoyer les migrants dans leurs contrées. D’autre part, elle s’occupe également de conclure des accords avec les pays de départ pour que ces derniers s’occupent des migrants en amont. Elle externalise ainsi un maximum leur prise en charge, évitant de s’embarrasser des standards européens de protection des droits de l’homme.

Par le renforcement de Frontex, l’UE consolide délibérément sa forteresse, augmentant les risques pris par les migrants pour rejoindre le continent et donc leurs chances d’y laisser leur peau.

La deuxième mesure « phare » a été de donner plus de moyens financiers à l’opération Triton dont la mission est essentiellement de surveiller les embarcations dans les eaux territoriales européennes. Si l’on peut se réjouir d’un tel refinancement, cette avancée semble tout de même bien insuffisante. En effet, l’objectif de cette mission reste prioritairement la surveillance et l’interception des passeurs, contrairement à l’opération Mare Nostrum qui l’avait précédée et dont l’objectif était de sauver les embarcations en danger et ce jusqu’aux côtes libyennes. Or, il semble évident que ce n’est pas en se contentant de neutraliser certains passeurs et d’augmenter les moyens mis en œuvre pour détruire des embarcations que l’UE trouvera une solution globale qui évitera de futurs naufrages.

En parallèle, l’Union reste désespérément incapable de définir une politique plus juste permettant d’accueillir ces personnes risquant leurs vies pour traverser la Méditerranée. Cette incapacité patente est d’autant plus terrible que les Etats de l’UE savent que l’écrasante majorité des migrants fuient un contexte désastreux où ils subissent les affres de la guerre ou de la misère.

En effet, selon les sources officielles (l’OIM notamment), la majorité des naufragés des derniers mois proviennent de l’Érythrée et de la Syrie. Ces deux pays ont pour point commun d’être dirigés par des dictatures d’une violence inouïe, de vivre une catastrophe humanitaire terrible et pour le cas de la Syrie une des guerres les plus meurtrières des dernières années. Dans les deux cas, comme d’ailleurs dans tous les phénomènes migratoires, la grande majorité des réfugiés s’installent dans des pays avoisinants.

Ainsi, par exemple, plus d’un million de Syriens se sont réfugiés au Liban alors que la population initiale de ce pays n’était que de 3 millions et demi d’habitants. A la lumière de ces constats, l’incapacité des 28 ministres de l’intérieur réunis cette semaine à organiser la répartition de 40 000 demandeurs d’asile syriens et érythréens dans le territoire européen a de quoi faire froid dans le dos. Et ce d’autant plus quand on analyse ce chiffre à l’aune de l’estimation du Haut-commissaire aux Droits de l’Homme pour les Nations Unies, selon laquelle l’UE pourrait accueillir un million de nouveaux réfugiés sur son territoire sans en subir de conséquences négatives.

De manière plus générale, doit-on réellement blâmer les populations issues des autres pays africains et orientaux dont l’histoire a été marquée par une relation de pillage quasi systématique de leurs richesses (via entre autres la colonisation, les plans d’ajustement structurels, la fuite des cerveaux et immigration sélective, l’ingérence politique et économique et maintenant le réchauffement climatique…) ? Ne serait-il pas temps d’installer des canaux légaux d’immigration qui permettraient d’éviter que, dans les dix prochaines années, plus de 22 400 personnes ne périssent à nouveau en mer ?

Publié dans Actualités et politique

COURCELLES: de mieux en mieux à “La Glacerie” et à “La Motte ”, …

COURCELLES: de mieux en mieux à “La Glacerie” et à “La Motte”, … La “démocratie”, le pouvoir des gens ???

Apparemment, suivant l’ extrait de presse paru dans “La Nouvelle Gazette” du 23 septembre 2016, les Courcellois des quartiers de “La Motte”
et de “La Glacerie” n’ en ont pas encore fini avec l’ entreprise KEYSER, …

Et cela dure pourtant depuis plus de 30 ans, …

Ce patron n’ a jamais fait que des promesses, et voilà maintenant qu’ il réclame des normes de plus hautes par rapport à ce que les autorités
voudraient lui imposer et que les riverains déjà pollués depuis des années ne sont pas prêts à tolérer, afin de polluer et intoxiquer encore lus, …
Le prétexte sera toujours le même: l’ emploi, sans parler du profit évidemment, …

Mais les riverains devraient tous être informés complètement et… REGULIÈREMENT.

Or, n’ est-il pas étonnant que les riverains courcellois doivent se rendre de l’ autre côté du canal pour pouvoir se faire entendre à l’ occasion d’
une réunion d’ infos publique, convoquée par la commune d’ à-côté, à l’ occasion d’ un futur terrain de passage en faveur des Rroms itinérants
pour se faire entendre ???

Quid donc de COURCELLES ??? À quand une réunion publique d’ information, convoquée dans une classe de l’ école de La Glacerie par le Collège
Mr-Cdh-Écolo pour s’ expliquer ?

D’ autant plus que ce Collège a voulu par des effets d’ annonces répétées dans la presse se vanter de ses éventuelles réalisations … rapides, qui
prennent bien des retards, qui tardent, qui tardent, qui … et que le mécontentement grandit chez les gens, les chers électeurs…

Caroline TAQUIN informe qu’ un comité d’ accompagnement existe à ce sujet, …

Mais qui fait partie de ce Comité, qui représente qui, au nom de qui,… ??? Que discute-t-on au sein de ce Comité ? Quels sont les propositions,
les projets et les limites de ses moyens, de ses pouvoirs et de ses possibilités, …

Outre les autorités (lesquelles), les intercommunales, certains organismes officialisés (par qui), ce Comité est-il pluraliste ? Tous les partis du
Conseil (majorité et minorité), y sont-ils représentés et ont-ils accès à tous les documents ??? Cela reste à voir, …

Courcelles: le trafic rue de la Glacerie à COURCELLES

Effectivement, les riverains de la rue de La Glacerie à COURCELLES n’ en peuvent plus, et je les comprends: nuisances sonores et odeurs (voire incendies, toujours possibles ?) venant de Keyzer, trafic et croisements de poids lourds semi-remorque qui empiètent sur les trottoirs et accotements, lézardes et tremblements de leurs habitations, repos perturbé, absence d’ entretien et réparations régulières de l’ asphalte parsemée de nids de poule, poussières, passages continu nuits et jours de trains sur la ligne parallèle SNCB, Charleroi-Bruxelles, existence de l’ Entreprise FOREVER (entrepôts de produits chimiques inflammables et explosifs – , incendies ?), à 250 mètres d’ une école primaire, mais je ne crois pas que cela réside exclusivement du passage de camionneurs, qui veulent éviter des taxes. Il y a déjà quelque 30 ans, j’ avais déjà réclamé de la Commune de Courcelles qu’elle convoque une réunion de la population dans une des classes de l’ École primaire, en présence de Monsieur KEYZER,… La réunion a effectivement eu lieu, en présence de Keyzer, du Bourgmestre (Ps) Gilbert Kantz, d’ une représentante de Charleroi-Environnement et de journalistes. À part quelques articles dans la presse et des promesses, de part et d’ autre, quelques réformettes, les nuisances n’ ont plus cessé de s’amplifier . Depuis les élections d’ octobre 2012, la nouvelle majorité de droite (Mr, Cdh, Ecolo, qui a renversé la léthargie de l’ ex-majorité Ps) , multiplie les promesses, mais rien ne bouge, à l’ exception de quelques améliorations de la signalisation, de quelques bornes de protection de l’ école et des trottoirs à quelques endroits, … Il serait nécessaire que les riverains réclament au plus tôt une nouvelle réunion PUBLIQUE convoquée dans une classe de l’ école. Les élus doivent rendre des comptes et fournir des résultats: pourquoi les promesses n’ avancent pas, pourquoi le début de la rue, entre la rue Churchill et Forever, se creuse de plus en plus en trous qui ne sont pas rebouchés depuis des mois, … (???). Cette situation exige aussi un plan de circulation et de déviations dans l’ ensemble du quartier de La Glacerie, de réorganisation de stationnements alternés (ou réservé uniquement aux riverains, , d’ interdits, d’ interdictions des véhicules de plus de 3,5 tonnes, de circulation locale, mais rien ne bouge depuis 3 ans et demi, … Il faut bouger, se mobiliser, protester, exiger des comptes et non plus des promesses, … Roger.romain, a/conseiller communal communiste-Ucpw.

Madame la Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs, les Membres du Collège Communal de & à COURCELLES,

Courcelles (lu dans La Nouvelle Gazette du 11 août 2016):
Des poids lourds détruisent la petite rue de la Glacerie
200 passages par jour pour éviter la taxe ?

A.W.

Quatre camions sont passés en moins de 15 minutes dans cette rue étroite bordée d’une école.

TP.

Les riverains de la rue de la Glacerie à Courcelles n’en peuvent plus. Les camions ne cessent d’aller et venir, dans cette petite rue qui n’est pas du tout adaptée à un trafic intense de poids lourds. Étroite, en pente et parsemée de priorités de droite, la rue se termine également par une école primaire. Une situation dangereuse. Sans parler des nuisances sonores.

« Regardez, ils passent tellement souvent et ils sont tellement lourds qu’ils détruisent ma maison ! », nous dit cette riveraine de la rue de la Glacerie à Courcelles, tout en nous indiquant du doigt les multiples fissures qui zèbrent son plafond. « On répare chaque fois, on replâtre et on repeint mais on en a marre de réparer nous ! », nous dit cette petite dame qui habite la rue, en face de l’école primaire, depuis près de 40 ans.
« Les poids lourds sont de plus en plus nombreux. Il y a souvent des accrochages avec les voitures garées », continue-t-elle.
Et puis, il y a également toutes les nuisances sonores. Sur les quelques minutes où nous avons conversé avec elle, trois camions sont passés, interrompant obligatoirement nos échanges devenus alors inaudibles.
« Et c’est comme cela tout au long de la journée, chaque jour de l’année », nous crie-t-elle alors qu’un camion déboule à nouveau.

Une école primaire

Et au bout de la rue, du côté de la rue Winston Churchill, se trouve l’école communale fondamentale de la Motte. Alors même si le petit personnage Arthur, placé par la Ville de Courcelles, prévient les véhicules motorisés que des enfants peuvent traverser à n’importe quel moment, la situation n’en reste pas moins dangereuse.
« Lorsqu’on est en période scolaire, c’est clairement le bazar dans cette rue… Entre les voitures des parents qui déposent leurs enfants qui s’arrêtent un peu partout, les enfants qui traversent et les camions qui tentent de passer, c’est le capharnaüm », commente un autre habitant.
Sans compter qu’à certains endroits, la rue est tellement étroite qu’elle ne permet pas le croisement de deux véhicules, même des voitures.
Les voisins le confirment : il y a bien entre 150 et 200 passages de poids lourds chaque jour.
Et ces camions proviennent en majorité de l’entreprise située plus bas dans la rue. Qu’un camion emprunte une rue, il n’y a rien d’illégal à cela.
« Le souci, c’est que le charroi ne cesse d’augmenter dans nos rues, et surtout la nôtre, entre la E42 et la A54 afin de gagner quelques centimes d’euro de péage sans se soucier de savoir si on dérange des riverains », commente un habitant.
« Les riverains de la rue de la Glacerie en ont marre d’être DANS un zoning industriel de 5h à 23h du lundi au samedi », conclut-il.

La “Nouvelle Gazette” du 11 août 2016 a eu bien raison de publier cet article, dans ses pages régionales de Charleroi, que je me permets de vous rappeler !

Tout en ayant pris ma retraite, il y a déjà 11 ans et abandonné mes activités de militant politique sur le terrain, au lendemain des élections communales d’ octobre 2012, je garde tout de même de très très nombreux contacts avec les habitants, y compris dans le quartier de La Glacerie, de la Motte, de Wartonlieu, Jonet, …, un quartier maintenant défavorisés et pourtant populaire, ouvrier, de notre commune…

Les constat est unanime: il faut certes arrêter de braire et espérer le changement, MAIS outre le nouveau pont surmontant la ligne SNCB (projet réalisé qui n’ est évidemment pas à mettre à l’ actif de l’ actuelle majorité seule), vos promesses dans la presse tardent dans ce quartier à se réaliser et vous faites du surplace.

Il serait donc temps de convoquer rapidement une réunion publique dans une salle de l’ Écoles de COURCELLES-Motte afin de vous expliquer, de rendre des comptes à la population, car des initiatives de protestations sont en vue de la part de riverains, … Certes, il faut des ducasses et une réactivation des festivités dans notre Commune, mais ce que les habitants, électeurs-contribuables, souhaitent et réclament, c’ est principalement des améliorations de leur vie de tous les jours, là où ils vivent, là où ils habitent, …

Merci de votre bonne attention !

Roger ROMAIN
a/conseiller communal.

Publié dans Actualités et politique

RIRES assurés( pour les ANCIENS….).

RIRES assurés( pour les ANCIENS….).

From: EditionsDémocrite
Sent: Thursday, September 22, 2016 11:44 AM

C’était une autre époque et elle était belle !

Vacances.

1969 :

Après avoir passé 15 jours de vacances en famille, en Bretagne, dans la caravane tractée par une 403 Peugeot, les vacances se terminent.

Le lendemain, tu repars au boulot, frais et dispos.

2014 :

Après 2 semaines à la Réunion et à l’Ile Maurice, obtenues à peu de frais grâce aux « bons vacances» du Comité d’Entreprise, tu rentres fatigué et excédé par 4 heures d’attente à l’aéroport, suivies de 12 heures de vol.

Au boulot, il te faut 1 semaine pour te remettre du décalage horaire !

>

> Du lait, du beurre et des œufs

> 1969 :

Tu vas chercher du lait chez le crémier, qui te dit bonjour, avec ton bidon en alu, et tu prends du beurre, fait avec du lait de vache, coupé à la motte. Puis tu demandes une douzaine œufs qu’il sort d’un grand compotier en verre.

Tu paies avec le sourire de la crémière, et tu sors sous un grand soleil.

Le tout a demandé 10 minutes.

2014 :

Tu prends un caddie de merde dont une roue est coincée et qui le fait aller dans tous les sens sauf celui que tu veux.

Tu passes par la porte qui devrait tourner mais qui est arrêtée par ce qu’un benêt l’a poussée, puis tu cherches le rayon crémerie, où tu te les gèles, pour choisir parmi 12 marques le beurre qui devrait être fait à base de lait de la communauté. Enfin tu cherches la date limite…

> Pour le lait :

Tu dois choisir avec des vitamines, bio, allégé, très allégé, nourrissons, enfants, malades ou mieux en promo avec la date dessus et la composition ……

Pour les 12 œufs :

Tu cherches la date de la ponte, le nom de la société et surtout tu vérifies qu’ils ne soient pas fêlés ou cassés et paf !!! Tu te mets plein de jaune sur le pantalon !!!

Tu fais la queue à la caisse. La grosse dame devant toi a pris un article en promo qui n’a pas de code barre … Alors tu attends, et tu attends …..,

Puis toujours avec ce foutu caddie de merde, tu sors pour chercher ton véhicule sous la pluie. Tu ne le retrouves pas car tu as oublié le N° de l’allée ……..

Enfin après avoir chargé la voiture, il faut reporter l’engin pourri et là, tu vas t’apercevoir qu’il est impossible de récupérer ta pièce de 1 euro …..

Tu reviens à ta voiture sous la pluie qui a redoublé.

Cela fait plus d’une heure que tu es parti.

>

> Faire un voyage en avion.

> 1969 :

Tu voyages dans un avion d’Air France. On te donne à manger et t’invite à boire ce que tu veux, le tout servi par de belles hôtesses de l’air, et ton siège est tellement large qu’on peut s’asseoir à deux.

2014 :

Tu entres dans l’avion en continuant d’attacher ton ceinturon qu’on t’a fait retirer à la douane, pour passer le contrôle.

Tu t’assoies sur ton siège et, si tu éternues un peu trop fort, tu mets un coup de coude à ton voisin.

Si tu as soif, le steward t’apporte la carte et les prix sont ahurissants

_________________________

Michel doit aller dans la forêt après la classe. Il montre son couteau à Jean avec lequel il pense se fabriquer un lance-pierre.

1969 :

Le directeur voit son couteau et lui demande où il l’a acheté pour aller s’en acheter un pareil.

2014 :

L’école ferme. On appelle la gendarmerie. On emmène Michel en préventive.

TF1 présente le cas aux informations en direct depuis la porte de l’école.

_______________________

Discipline scolaire.

1969 :

Tu fais une bêtise en classe. Le prof t’en colle deux. En arrivant chez toi, ton père t’en recolle deux autres.

2014 :

Tu fais une bêtise. Le prof te demande pardon.

Ton père t’achète une console de jeux et va casser la gueule au prof.!!!

Publié dans Actualités et politique

Décès d’Amadou Seydou Traoré

Décès d’Amadou Seydou Traoré

From: POLEX Rouge
Sent: Wednesday, September 14, 2016 10:15 AM

Un homme admirable est mort à Bamako

Notre camarade Amadou Seydou Traoré, libraire et éditeur dans la capitale malienne est décédé le 4 septembre 2016 à 88 ans. Comme le dit l’Essor, il était « l’une des mémoires vivantes de la 1ère République » malienne. Jeune instituteur, ce militant marxiste est dès 1957 un des fondateurs du parti PAI du Soudan, puis de l’US-RDA, les organisateurs des luttes populaires contre la colonisation française. Dès l’indépendance en 1960, il est l’un des compagnons du Président Modibo Keita, notamment dans le domaine de l’édition. Après le coup d’état militaire suscité par l’Occident, qui renverse le régime socialiste malien en 1968, Amadou est emprisonné et déporté durant dix ans dans le nord désertique du Mali. Dès le renversement de la dictature en 1991, il reprend ses activités militantes dans le parti US-RDA et ses activités éditoriales.

Dans la dernière période marquée par les ingérences militaires et économiques de la France et de l’Occident, le délitement de l’état national malien par la corruption, le séparatisme et l’intégrisme, Amadou Traoré a su rester un exemple de militant révolutionnaire inflexible, refusant toute compromission avec les forces impérialistes et les politiciens corrompus.

Nous avons eu l’honneur d’avoir cet homme pour ami et n’oublierons pas l’exemple de ce camarade malien qui savait faire la différence entre les dirigeants de l’impérialisme français et les militants qui, dans notre pays, les combattent en solidarité avec les peuples africains.

Collectif communiste Polex

Paris, le 14 septembre 2016

Publié dans Actualités et politique

LE BONZE-BOSS est en BELGIQUE: Le Dalaï-lama, une affaire de tr ès gros sous, …

LE BONZE-BOSS est en BELGIQUE:

Conférences

Le Dalaï-lama, une affaire de très gros sous,…

A.V.

high_d-20160910-G9XTRL.jpg?crop_x1=0.46&crop_y1=0.038&crop_x2=0.9259&crop_y2=0.4705&widthPct=0.14109263&heightPct=0.059398416&type=jpg&id=d-20160910-G9XTRL&where=art&auth=a41c8

Belga

Vous n’avez pas pu passer à côté de cet événement, le Dalaï-lama est en Belgique. Il s’est établi à Bruxelles depuis vendredi pour une série de conférences.

En deux jours, plus de 2.000 personnes se sont déplacées pour l’écouter méditer sur « le pouvoir et le traitement bienveillant ».

Pour cela, ils ont déboursé la coquette somme de 490 euros.

Selon l’organisateur « Mind and Life Europe », le Prix Nobel de la Paix (sic) est venu gratuitement.

Seuls son billet d’avion et son séjour à l’hôtel sont à leur (?) charge.

Pourtant, une polémique enfle depuis plusieurs années : le Dalaï-lama logerait uniquement dans les suites les plus prestigieuses du monde.

« Mind and Life Europe » se défend, le prix des places s’explique par la location des salles et l’important dispositif de sécurité mis en place.

Le point d’orgue reste la conférence de ce dimanche au Palais 12. Les 9.000 places ont toutes été vendues à plus d’une centaine d’euros.

La sécurité sera drastique, des contrôles auront lieu autour de la salle de concert et aucun sac ne sera admis en son sein.

Il est conseillé aux visiteurs de venir avant 10h alors que la conférence débute à 13h.

Publié dans Actualités et politique

La Palestine s’invite à ManiFiesta

From: PTB
Sent: Wednesday, August 31, 2016 3:20 PM
To: Roger Romain
Subject: La Palestine s’invite à ManiFiesta

ManiFiesta
Madame, Monsieur

Vous faites partie des plus de 8.000 personnes qui ont signé la pétition « Pour l’annulation de la mission économique en Israël ». Et nous vous en remercions encore une fois.

C’est dans le cadre de cette campagne que nous vous invitons à rencontrer deux personnalités exceptionnelles pendant notre fête annuelle de la solidarité, ManiFiesta, les 17 et 18 septembre 2016.

Mads Gilbert, médecin norvégien qui a aidé à soigner les blessés à l’hôpital Al-Shifa pendant le bombardement de Gaza en 2009 et en 2014. Il est désormais interdit de territoire en Israël pour sa dénonciation de l’occupation israélienne.

Artiste et militante palestinienne, Rafeef Ziadah fait partie de la troisième génération en exil à Londres où elle milite au sein du mouvement BDS appelant au boycott, au désinvestissement et aux sanctions contre Israël. Elle s’est fait connaître grâce à son poème « We teach life, Sir« .

Plusieurs rencontres sont organisées lors du festival :

  • Samedi 17 septembre à 11 h dans la tente de Médecine pour le Peuple: entretien avec le Dr. Mads Gilbert
  • Samedi 17 septembre à 14 h dans la tente d’Intal: concert et séance de dédicace de Rafeef Ziadah
  • Dimanche 18 septembre à 11h dans la tente de débat 1: débat « Comment agir pour la santé sous occupation militaire »
  • Dimanche 18 septembre à 13h30: initiation au dabkeh palestinien (danse) dans la tente d’Intal

Vous n’avez pas encore de ticket ? N’attendez pas plus longtemps et profitez jusqu’à ce soir de nos prix réduits ici.

Pour obtenir de plus amples informations sur le logement ou les transports, consultez cette page.

Dans l’espoir de vous accueillir à Bredene-sur-Mer, veuillez recevoir nos salutations solidaires,

Le groupe Palestine de PTB
Opt-out

Publié dans Actualités et politique

COURCELLES: 2,5 millions disparus des comptes de la Ville

Subject: COURCELLES: 2,5 millions disparus des comptes de la Ville

Courcelles: RoRo: je précise les majorités successives à COURCELLES depuis 1994 (1995 – 2000: PS; 2001-2006: PS-Cdh; 2007-2012: PS-Mr; 2013 à 2018: Mr-CDH-Ecolo; 2009 – ???)… Bref, TOUS dans le même bain, …: les Courcellois vont devoir faire un peu plus ceinture… Comment peut-on en effet boucher un trou de sable avec de l’ air, et vice-versa,… ? Ce sera enfin le changement promis, aux électeurs, … !

2,5 millions disparus des comptes de la Ville:

Subsides jamais perçus, dépenses non justifiées : un audit a dévoilé une série d’anomalies

E.V.

high_d-20160826-G9MX47.jpg?crop_x1=-0.0&crop_y1=0.1239&crop_x2=1.0&crop_y2=0.8427&widthPct=0.44532013&heightPct=0.14526522&type=jpg&id=d-20160826-G9MX47&where=art&auth=ab032

Pour Caroline Taquin et Hugues Neirynck, l’audit a permis d’éviter la faillite virtuelle.

T.P.

Coup dur pour la commune de Courcelles. La directrice financière a analysé en profondeur les comptes communaux depuis 2001 et a constaté une série d’anomalies. Erreurs comptables, montants inscrits mais non perçus réellement, dépenses non justifiées… Conséquence, et de taille : la Ville a découvert que sa réserve financière n’était pas aussi importante qu’elle le pensait. Plus de 2,5 millions d’euros se volatilisent des bonis cumulés !

« L’année noire tant redoutée par le Collège, l’année noire que nous évoquions dans nos différentes présentations de budgets et de comptes ces trois dernières années est là… Depuis notre début de mandat, nous nous demandions pourquoi il y avait une différence importante entre le résultat du compte et notre trésorerie. Même si nous avions des doutes, nous avons maintenant une certitude, dévoile Hugues Neirynck, échevin des finances de Courcelles. Aussi loin que nous pouvons remonter, soit en 2001, l’ensemble de la comptabilité de notre commune comporte de nombreuses anomalies. »
Cette découverte pour le moins interpellante a été réalisée par la nouvelle directrice financière qui a effectué un état des lieux complet et approfondi de la situation financière. « Suite à un audit découvert dans les tiroirs et datant de… 2007, nous avons demandé à notre nouvelle directrice financière, en poste depuis plus ou moins un an, de décortiquer ce document et d’éplucher avec minutie les comptes communaux depuis 2001 , explique Caroline Taquin, la bourgmestre. Résultat : plus de 2,5 millions d’euros qu’on devait avoir et qui étaient inscrits sont non perçus réellement. Une énorme perte ! »
Argent virtuel

Le rapport accablant rendu par la directrice financière épingle quatre types d’anomalies. « Il y a tout d’abord des erreurs comptables. Deuxièmement, on constate des droits toujours ouverts mais prescrits qu’il faut mettre en irrécouvrables , détaille l’échevin des finances. Concrètement, ce sont des sommes qui sont inscrites dans la comptabilité car nous devions en bénéficier. Pourtant, la commune n’en a jamais vu la couleur. Ce sont, par exemple, des subsides qui nous ont été accordés et qui n’ont jamais été versés sur notre compte. Il y a une trace écrite comme si cela avait bien été fait… » (?????)
Le rapport fait également état d’imputations en dépenses non payées depuis plusieurs années et de comptes d’attente qui comprennent des dépenses non justifiées. « Pour ces derniers, nous devons prévoir les crédits pour un montant de 312.658 euros. »
Plus que 1,7 million

Bref, les conséquences de ces irrégularités sont dramatiques pour les finances de la commune et donc pour les citoyens. « Nous allons devoir faire face à un total de pertes nettes de plus de 2,5 millions. Cela va faire fondre nos réserves , déplore, en colère, Caroline Taquin. En trois ans de majorité, nous avions engrangé près de 4,2 millions d’euros de bonis cumulés. Après tout ça, ils dégringolent à 1,7 million. Heureusement, que notre gestion des deniers publics était mesurée et prudente. Imaginez si on avait injecté toutes nos prétendues réserves dans un projet. Une catastrophe ! »
Le constat est là. L’heure est maintenant à la recherche d’explications. « Comment une situation pareille a-t-elle bien pu être possible ? Les premières analyses font penser que non, ici, il n’est pas question de détournement. Mais bon, nous n’en sommes pas encore certains à 100 % , pointent les politiques. Pour nous, cette situation semble avant tout être le fruit d’erreurs d’encodage, d’un manque flagrant de rigueur. L’ancienne majorité a fait miroiter une situation comptable saine alors qu’elle n’était que mensonges et facéties. »
Ils concluent : « Notre mission va maintenant être de maîtriser les dépenses. Par contre, nous ne procéderons ni à des suppressions d’emplois ni à des augmentations ou créations de taxes. Hors de question de toucher aux recettes (????). Nous n’allons pas pénaliser la population pour la mauvaise gestion du passé dont nous (???), comme elle, ne sommes pas responsables. » ,…

Publié dans Actualités et politique

BELGIQUE: Une proposition de cinglé, venant d’ un « démocrate » « h umaniste » et catho, qui n’ a certainement pas de proposition plu s intéressante et sérieuse à proposer aux jeunes, de 16 à 35 ans , …

ROMAIN Roger de Courcelles, a/conseiller communal Pcb, a/militant politique 36 min ·

BELGIQUE: Une proposition de cinglé, venant d’ un « démocrate » « humaniste » et catho, qui n’ a certainement pas de proposition plus intéressante et sérieuse à proposer aux jeunes, de 16 à 35 ans, …

Une première conclusion qui me vient d’ emblée à l’ esprit: pendant ces 100 jours, et pendant cette période OBLIGATOIRE, des centaines de milliers de jeunes devront aller BOSSER gratos, alors qu’ il n’ y a déjà pas assez de boulot pour leur offrir un travail RÉMUNERÉ à leur sortie des études, …

Une deuxième réflexion: si mettons entre 25 et 35 ans, vous n’ avez pas encore suffisamment de sens civique, solidaire, collectif, social, responsable, sociétal…, vous n’ en aurez jamais ?… Ils seront sans doute aussi obligés d’ aller nettoyer les parterres des églises, à charge de nos communes, et ceux de la Cour du Roi, de nos princes,… (???):

Une question: les organisation de jeunes, d’ étudiants, d’ enseignants, …, ont-elles été consultées, avant cette proposition miracle du (s)ministre CDH ??? Lutgen va sauver la Société Belge, … ou a attrapé un coup de soleil pendant ses vacances, … !

Nul doute que sa proposition sera immédiatement appuyée par la N-Va et les ultras libéraux du Mr et du Vld !!!. Il n’ y a pas que le CDH qui songe actuellement à la « Jeunesse ». Ses petits copains au pouvoir en Allemagne envisagent de restaurer le service militaire obligatoire… Sans doute pour préparer le prochain Mondial ou les prochains jeux olympiques, …

RoRo

EXCLUSIF – Pour tous les jeunes

100 jours de « parcours citoyen » obligatoires

Le président du cdH Benoît Lutgen propose qu’on l’accomplisse avant l’âge de 35 ans

Propos recueillis

par Christian Carpentier

Pour sa rentrée politique, Benoît Lutgen déposera un projet de «parcours citoyen».

reporters

U n « parcours citoyen » de 100 jours à accomplir dans une association entre 18 et 35 ans, sous peine de sanction. C’est le projet que le chef de file des démocrates humanistes dépose sur la table à l’occasion de sa rentrée politique. Il en dévoile en exclusivité le contenu à Sudpresse.

Instaurer un service citoyen obligatoire pour les jeunes ? L’idée a fait débat en France cet été, soutenue notamment par le socialiste Arnaud Montebourg ou le centriste François Bayrou. Elle débarque à présent aussi chez nous. Et c’est le président du cdH qui la met sur la table, à l’occasion de sa rentrée politique, qu’il a choisi de faire dans Sudpresse.

« Cela fait plusieurs mois que j’y réfléchis », nous indique Benoît Lutgen. « J’ai d’ailleurs déjà rencontré certaines associations au début de l’été, pour prendre le pouls. J’ai peaufiné le projet pendant mes vacances, et à présent je vous le présente. »

Et en quoi consiste-t-il ?

« Je propose d’instaurer un parcours citoyen au niveau fédéral. Il consisterait à faire prester 100 jours à tous les jeunes, entre 16 et 35 ans, dans une association ou un mouvement reconnu. »

Dans quel but ?

« L’objectif, c’est d’ancrer en chacun de ces jeunes les valeurs qui fondent notre société : la tolérance, la lutte contre les extrémismes, l’ouverture aux autres, le respect des différences… C’est un socle fondamental pour une vie harmonieuse. »

Est-ce lié aux événements récents, aux attentats ?

« On peut faire le lien avec cela, mais ce n’est pas la seule explication. Mon constat date d’avant tout ça. Cela fait longtemps que j’y réfléchis. Il y a un manque flagrant de compréhension de l’autre et de tolérance à son égard, dans notre société. Avant, le service militaire permettait une certaine mixité sociale, une découverte de l’autre, un apprentissage à partager avec lui. Ce n’est plus le cas. »

Vous êtes nostalgique de ce que cela offrait ?

« C’était clairement un élément positif. On se retrouvait ensemble, par-delà ses origines, son milieu. Mais je ne vis pas dans la nostalgie, je vis le monde tel qu’il est. »

Ce parcours de 100 jours serait-il obligatoire ?

« Oui, il faut qu’il le soit. Il existe déjà un service citoyen volontaire aujourd’hui. Ceux qui sont motivés peuvent déjà l’accomplir, même si on tente malheureusement de les en dissuader par une série de barrières, comme la perte des allocations familiales ou du chômage. Je ne suis pas pour les obligations, de manière générale. Mais si on ne le fait pas ici, on loupera l’objectif. »

Pourquoi ?

« Parce que seuls ceux qui ont déjà une sensibilité forte par rapport à la société ou par rapport aux autres l’accompliraient. Alors que l’idée est justement d’amener vers un apprentissage tous les autres, qui ne sont pas engagés spontanément dans une forme d’école de vie. »

Qu’est-ce que cela permettrait, en pratique ?

« D’amener l’ensemble des jeunes à une meilleure compréhension de l’autre, de la société, du fait qu’être un citoyen cela donne des droits mais aussi des devoirs. Je suis persuadé que certains en sortiront transformés, que cela leur montrera de nouvelles choses, un nouveau chemin… »

Publié dans Actualités et politique