LETTRE OUVERTE D’AVOCATS A NICOLAS SARKOSY

————————————————–
From:
"Hess Madeleine" <grianala@yahoo.fr>
Sent: Saturday, June 27, 2009
10:25 PM
To: Subject: LETTRE OUVERTE D’AVOCATS A NICOLAS SARKOSY

>

>
>
> LETTRE OUVERTE D’AVOCATS A NICOLAS
SARKOSY
>
> Pointe-à-Pitre, le 25/06/09
>
>
Monsieur le Président de la République,
>
> Votre venue éclair en
Guadeloupe et en Martinique est l’occasion pour les Avocats que nous sommes de
vous interpeller sur la situation inique qui frappe tous ceux d’entre nous qui
ont osé et osent encore se dresser contre les dysfonctionnements de l’appareil
judicaire qui sévissent et prospèrent « sous les cocotiers ».
>
>
La lutte pour la défense des droits de l’Homme est un combat permanent et passe
par la défense intransigeante de la violation des droits de ceux qui ont pour
mission de DEFENDRE.
>
> C’est en ce combat que nous Avocats
Guadeloupéens et Martiniquais militants, croyons de toutes nos forces, souvent
au péril de notre liberté de penser, voire de notre liberté tout court.
>

> Faut il vous rappeler que déjà, après les évènements de Mai 1967, qui
ont décimé les populations ouvrières en Guadeloupe, le Bâtonnier Félix RODES,
devait comparaître en 1968 devant la Cour de sûreté de l’état (français bien
sûr) pour y être acquitté.
>
> Faut il vous rappeler qu’en 1983, le
Bâtonnier Roland EZELIN allait faire l’objet de poursuites disciplinaires à la
demande du Parquet Général pour des faits d’outrage, faits pour lesquels la Cour
Européenne des Droits de l’Homme le blanchira totalement et condamnera la France
(arrêt Strasbourg 26 Avril 1991 – EZELIN contre France).
>
> Faut
il vous rappeler que quelques années plus tard, Maître Brigitte RODES, connaîtra
les foudres du Parquet pour des faits d’outrage, avant d’être relaxée par le
Tribunal Correctionnel.
>
> Faut il vous rappeler que Maître FALLA
connaîtra la célérité du même parquet et d’un magistrat du siège pour avoir
répondu à une interview et se voir par là même poursuivi à Paris pour des faits
de diffamation envers un magistrat.
>
> Faut il vous rappeler que
Maître Harry DURIMEL (l’Avocat ayant dénoncé le scandale du chlordécone), sera
la cible du Parquet en 2007, avant que la procédure inique diligentée à son
encontre ne soit purement et simplement annulée par la Chambre de l’Instruction,
pour être finalement contre toute attente validée par la Cour de
Cassation.
>
> Faut il vous rappeler que Maîtres Sarah ARISTIDE et
Patrice TACITA, déposeront plainte avec constitution de partie civile en 2007 et
2008 pour écoutes illicites et que le Parquet fera tout pour étouffer ces deux
affaires.
>
> Mieux faut il vous rappeler que ces deux Avocats se
verront poursuivis par un juge d’Instruction et le procureur de la république de
POINTE-A-PITRE, pour avoir osé dénoncé publiquement le traitement réservé à
leurs plaintes, pour des faits de diffamation publique envers un magistrat et de
violation du secret professionnel.
>
> Faut il vous rappeler que la
procédure initiée à l’encontre de Maître ARISTIDE et TACITA est aujourd’hui
confiée à un juge d’instruction parisien dans le seul but de couper ces Avocats
militants d’une véritable justice, de leur soutien populaire et de leurs
Conseils Guadeloupéens Martiniquais et Guyanais.
>
> Faut il vous
rappeler que nos Confrères militants pour ces mêmes valeurs en terre
Martiniquaise ne sont pas mieux lotis et que ce sont encore une fois toujours
les mêmes Maîtres MANVILLE, DUHAMEL, GERMANY, CONSTANT et autres, qui subissent
les affres de la même justice coloniale.
>
> Faut il vous rappeler
que d’autres Avocats outre les procédures judiciaires sus visées, subissent au
quotidien la férocité du recouvrement fiscal et social.
>
> Est il
normal que les foudres de cette justice là s’abattent de façon systématique et
implacable sur tous ceux qui osent la dénoncer et la combattre ?
>

> Si nous n’avions pas fait le choix d’être des Avocats Militants,
engagés aux côtés des plus démunis, des étrangers et des syndicalistes, il est
certain que nous ne subirions pas encore aujourd’hui le sort de ceux que l’ordre
répressif veut briser pour museler les droits de la défense.
>
> Il
y aurait largement matière à ce qu’une commission parlementaire enquête sur ces
dysfonctionnements qui déshonorent l’état de droit.
>
> Nous ne
pouvions demeurer taisant, à l’heure où vous vous apprêtez à fouler notre Péyi
Gwadloup et ne désespérons pas d’une réponse de votre part face à nos légitimes
interrogations.
>
> Nous vous prions de croire Monsieur le
Président de la République à l’assurance de nos salutations distinguées.
>

> Messieurs les Bâtonniers Roland EZELIN – Félix RODES,
>
>
Maîtres Sarah ARISTIDE – Evita CHEVRY – Brigitte RODES – René FALLA – Harry
DURIMEL – Patrice TACITA –
>
> http://www.ugtg.org
>
>
http://fischer02003 .over-blog. com/article- 33176633. html

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.