Clea BAHAR CRIMINALIS : LA CONTRE-ATTAQUE DE LA SOCIT CIVILE – Communiqu du Clea – Mercredi 2 2 janvier 2014

c

From: EditionsDmocrite
Sent: Thursday, January 23, 2014 9:58 AM

Subject: TR: [Clea] BAHAR CRIMINALIS : LA CONTRE-ATTAQUE DE LA SOCIT CIVILE – Communiqu du Clea – Mercredi 22 janvier 2014

De : clea-bounces@leclea.be [mailto:clea-bounces@leclea.be] De la part de Liste diffusion Clea.
Envoy : mercredi 22 janvier 2014 23:26
: liste_diffusion_clea
Objet : [Clea] BAHAR CRIMINALIS : LA CONTRE-ATTAQUE DE LA SOCIT CIVILE – Communiqu du Clea – Mercredi 22 janvier 2014

[Ce
message comporte des images et des cadres. Si vous ne parvenez pas le
visualiser correctement, cliquez ici
]

Communiqu du Clea – Mercredi 22 janvier 2014

Bahar criminalis :
La contre-attaque de la socit civile

Compte-rendu de la confrence de presse organise par la la Fdration internationale des droits de lHomme (FIDH), la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et le Comit pour la Libert dExpression et dAssociation (CLEA) le mardi 21 janvier dans les locaux de la FIDH Bruxelles

Ce lundi matin, la Fdration internationale des droits de l’Homme Bruxelles, s’est tenue une confrence de presse en prsence de certains des principaux soutiens de Bahar Kimyongr. Il s’agissait d’une occasion pour les protecteurs de Kimyongr de s’opposer l’injustice dont est actuellement victime le citoyen belge et de lancer une contre-attaque citoyenne, un appel la mobilisation gnrale contre son extradition vers la Turquie… une manire aussi de mettre la Belgique face ses responsabilits.


Ont pris la parole lors de ce rendez-vous, cinq protagonistes majeurs de cette affaire dtat :
Dan Van Raemdonck, le Secrtaire gnral de la FIDH ;
Christophe Marchand, l’avocat belge de Bahar Kimyongr ;
Le Snateur colo Benoit Hellings ;
Lieven De Cauter, Philosophe la KUL ;
Bahar Kimyongr, en direct via skype depuis Marina Di Massa o il est assign rsidence dans l’attente d’une dcision de la justice italienne quant son extradition.

Voici le compte-rendu des prises de parole de chacun de ces intervenants, combin diffrentes vidos dveloppant leurs argumentaires :

Dan Van Raemdonck (Secrtaire Gnral de la FIDH) : 5000 personnes ont dj sign la ptition www.freebahar.com. Il faut faire exploser ce chiffre !

Pour le Secrtaire gnral de la Fdration Internationale des droits de l’Homme, a suffit ! Depuis des annes, des tats europens acceptent de donner suite aux demandes d’extradition formules par la Turquie l’encontre de Bahar Kimyongr, alors que ces demandes portent atteinte la libert d’expression, alors que le citoyen belge a dj t acquitt en Belgique et que les Pays-Bas ont refus ds 2006 son extradition.

Dan Van Raemdonck a introduit la confrence de presse de ce lundi 20 janvier 2014 consacre au cas Kimyongr en soulignant que cette affaire prouve que le rgime turc tente de museler la contestation sociale non seulement dans son propre pays mais galement l’tranger.

Que nos politiciens n’aient pas encore compris que la question de la libert d’expression est essentielle constitue un vritable scandale, tant donn tout le travail d’information qui est men par les associations de dfense des droits de l’Homme ce sujet. Ou ils sont btes ou ils ont un autre agenda , s’est offusqu Monsieur Van Raemdonck. Le linguiste a insist sur le fait que seul[e] une volution du rapport de forces serait susceptible de faire changer les choses en la matire.

Le professeur l’ULB a donc cltur son intervention en encourageant la socit civile faire crotre la mobilisation autour de cette affaire. Il a galement appel tous les citoyens signer la ptition en ligne contre l’extradition de Bahar Kimyongr sur www.freebahar.com

En 10 jours peine, 5000 personnes, dont de nombreuses personnalits comme Noam Chomsky, ont dj appos leur signature au bas de ce texte. Il faut exploser ce chiffre , a lanc Dan Van Raemdonck qui est le porte-parole de la ptition.

Vous pouvez visionner la vido de la prise de parole de Dan Van Raemdonck sur :

Matre Christophe Marchand, avocat belge de B. Kimyongr : Pour aider Kimyongr, la Belgique doit exercer une pression maximale sur la Turquie et prendre une initiative lgislative.

L’avocat Christophe Marchand est revenu au cours de la confrence de presse organise par la FIDH, la LDH et le CLEA sur la saga judiciaire vcue par Bahar Kimyongr.

Il a rappel que son client a d’abord fait plier le parquet fdral belge qui tentait, en le poursuivant, d’tendre la loi antiterroriste la libert d’expression. Ce sont ensuite les Pays-Bas qui ont refus de donner suite la demande d’extradition de la Turquie. Rcemment, l’Espagne l’a libr mais une procdure d’examen de la demande d’extradition turque est en cours dans ce pays ; de mme qu’en Italie o Bahar Kimyongr est actuellement assign rsidence. Il s’agit, selon la dfense de Kimyongr, d’une forme moderne d’emprisonnement. Le citoyen belge est de la sorte banni dans un endroit recul.

L’avocat s’est galement plaint des pouvoirs limits des juges en ce qui concerne les extraditions, une matire diplomatique qui dpend du bon vouloir des gouvernements. Matre Marchand remarque ainsi que l’UE avance en matire de rpression mais qu’elle recule au niveau des liberts.

Selon lui, le meilleur moyen de mettre fin l’acharnement judiciaire subi par Kimyongr rside dans le fait que les tats, et en premier lieu la Belgique, fassent pression sur la Turquie afin qu’elle retire le mandat d’arrt international dlivr l’encontre du ressortissant belge et que son signalement Interpol puisse tre effac.

De manire gnrale, le juriste estime ncessaire une volution du droit belge et du droit europen, afin que les dcisions des juges en la matire soient applicables dans toute l’UE (ainsi, la dcision hollandaise contre l’extradition de Bahar Kimyongr pourrait valoir dans toute l’Europe). Christophe Marchand invite donc la Belgique prendre une initiative lgislative en ce sens dans les plus brefs dlais.

Pour visionner l’intgralit de l’intervention de Christophe Marchand :
http://www.youtube.com/watch?v=lyBRtUBRNS4

Benoit Hellings (Snateur) : Le gouvernement belge doit arrter d’entretenir des liens de dpendance avec le rgime d’Ankara.

Au cours de la confrence de presse organis Bruxelles ce lundi 20 janvier 2014 propos du cas Kimyongr , le Snateur colo Benoit Hellings est revenu sur le rle trouble jou par la Belgique dans cette affaire et sur les diverses interpellations parlementaires qu’il a faites dans ce cadre.

Il a ainsi rappel qu’un accord de coopration en matire de scurit avait t rcemment sign par la Belgique et la Turquie. Celui-ci a t mis en uvre en mai 2013 (au moment o dbutaient les rvoltes du parc Gezi Istanbul, mouvement populaire auquel le gouvernement AKP a rpondu par la force, une rpression qui a entran la mort de 6 personnes et plus de 8500 blesss).

Le 22 mai, Jolle Milquet s’est rendue en Turquie. Dans son communiqu, la ministre de l’Intrieur s’est flicite des rsultats de cette rencontre entre polices : la Turquie promettait de stopper les djihadistes belges se rendant en Syrie via son territoire ; la Belgique s’engageait renforcer la lutte antiterroriste (notamment vis–vis du DHKP-C).

Cet lment a mis la puce l’oreille du Snateur puisqu’en Belgique quand on parle du DHKP-C, on pense immdiatement Bahar Kimyongr (entre 2005 et 2009, ce dernier a, en effet, t poursuivi puis acquitt au cours de 4 procs et 3 cassations dans cette affaire).

Quelques jours aprs la visite de la ministre belge, le 28 mai, la Turquie a d’ailleurs relanc son mandat d’arrt international contre Kimyongr… et le 17 juin 2013, le citoyen belge a t arrt en Espagne sur cette base.

Le Snateur se demande donc s’il ne s’agit pas d’un donnant-donnant entre la Turquie et la Belgique. Un donnant-donnant tronqu, dans lequel la Belgique est demandeuse et la Turquie fait ce qu’elle veut puisque, au moment o Kimyongr risque d’tre extrad, les autorits du royaume doivent reconnatre que la Turquie n’a intercept que 20 combattants belges en route vers la Syrie sur les 200 officiellement recenss.

En fait, pour le parlementaire, l’affaire Kimyongr renvoie aux problmes plus gnraux que sont d’une part, l’interconnexion de multiples bases de donnes policires qui permet ce genre d’arrestation et d’autre part, l’approbation par la Belgique d’une srie de lois qui crent des liens de dpendance vis–vis de la Turquie.

C’est cause de cela que des militants, des gens qui n’ont en rien commis des actes terroristes, sont enferms sous des prtextes fallacieux. Si l’opposant politique, Bahar Kimyongr, en est l’illustration la plus vidente, il y a un risque de voir ces affaires se multiplier, s’est inquit le responsable colo.

Pour conclure son intervention, Benoit Hellings a raffirm sa volont de modifier le regard que les autres parlementaires portent sur cette affaire ; en esprant que le cas de Bahar puisse leur faire prendre conscience de limportance du combat pour la libert d’expression.

Pour dcouvrir l’intervention filme du snateur Benoit Hellings :
http://www.youtube.com/watch?v=WDVtyqUOyl0&feature=youtu.be

Lieven De Cauter (philosophe) : La guerre contre le terrorisme agit comme un bulldozer qui dtruit la libert d’expression.

Selon le professeur de la KUL, on assiste depuis 2001 une criminalisation de l’activisme dont la presse et le public ne sont pas conscients puisque ce processus est masqu par la guerre contre le terrorisme.

En Flandre, c’est vident puisqu’il n’y a aucune raction dans la presse autour du cas d’un citoyen belge qui est en prison en Italie pour des raisons politiques. Lieven De Cauter estime qu’il faut briser ce mur du silence.

Il a tent de le faire dans la presse flamande en tant mme prt payer pour que sa Carte blanche propos de l’affaire Kimyongr soit publie sous forme de publicit. Cela lui a t refus. Il a port plainte au Conseil du journalisme… qui n’y a pas donn suite.

Et le professeur d’universit de s’interroger : Si Bahar Kimyongr s’tait appel Jan Janssens, la presse aurait-elle os se taire pendant deux mois ?

Pourquoi la situation est-elle bloque de la sorte ? Certes, les accords entre la Belgique et la Turquie entrent en ligne de compte, convient Lieven de Cauter. Mais, il va plus loin. On le sait, la Belgique a dj essay de livrer Kimyongr la Turquie, en 2006, via les Pays-Bas ( cet gard, Bahar a dpos une plainte contre x. Un juge dinstruction mne actuellement une enqute dans ce cadre et interroge des personnes). Le philosophe ne prtend pas dmontrer l’existence d’un lien de causalit entre cette affaire et la situation actuelle de Bahar. Mais il est nanmoins ncessaire de s’interroger sur ce silence mdiatique quand il est vident que des membres de ltat profond belge (des hauts responsables de la police notamment) seraient extrmement soulags de voir Bahar disparatre alors qu’ils vivent cette instruction comme une pe de Damocls au-dessus de leur tte.

Monsieur De Cauter a insist, au cours de la confrence de presse, de multiples reprises : La socit civile, les mondes politique et judiciaire doivent briser ce mur du silence. Car, selon lui, la guerre contre le terrorisme agit comme un bulldozer dtruisant les droits de l’Homme et la libert d’expression.

Et le philosophe de conclure, si Bahar prouve des sympathies pour le DHKP-C, c’est une erreur de sa part. Mais, la libert d’expression n’existe que si on a le droit dexprimer des opinions fausses !

coutez l’intervention du philosophe Lieven De Cauter dans son entiret, sous format vido :
http://www.youtube.com/watch?v=qwXFOkq6WAI

Bahar Kimyongr : Je suis un  »Snowden artisanal » et quand vous tes un dissident en Europe, on vous dtruit !

Aprs avoir chaleureusement remerci toutes les personnes qui le soutiennent, Bahar Kimyongr a, au cours de la confrence de presse organise ce 20 janvier par la FIDH, dnonc avec vhmence le caractre politique de la guerre mene contre le terrorisme.

Erdogan est le chef d’une organisation terroriste internationale. Milquet et Reynders laissent partir des djihadistes vers la Syrie via la Turquie. Et l, personne ne dit rien. Mais moi, parce que je dnonce cette situation, ce terrorisme, a me cote ma libert ! Je dnonce le terrorisme et on m’accuse d’tre un terroriste, s’est indign Kimyongr.

Je suis musel au sein mme de l’Union europenne : c’est une honte et a renforce ma dtermination. Je suis un  »Snowden artisanal ». Je continuerai tre un lanceur d’alerte. Je continuerai m’opposer lembrigadement de nos jeunes au sein des groupes fascistes d’Al Qaeda, a martel le citoyen belge via Skype depuis Marina Di Massa o il est assign rsidence sous la menace d’une extradition vers la Turquie.

Sa conclusion fait rflchir : J’ai de plus en plus l’impression qu’en Europe, les droits fondamentaux, c’est du pipeau et la lutte contre le fascisme, du blabla. Quand vous tes un dissident en Europe, on vous dtruit ! La guerre contre le terrorisme est politise : si j’avais t un opposant cubain ou iranien, tout le monde se serait mobilis.

quoi me sert ma nationalit belge, quoi me sert l’Europe, si je ne suis pas protg ? Est-ce que je vais devoir aller vivre dans un des sept pays du monde o Interpol ne peut pas intervenir ? Devrais-je partir vivre en Micronsie ?, a ironis Kimyongr…

Pour visionner la prise de parole de Bahar Kimyongr dans son intgralit :
http://www.youtube.com/watch?v=4D-Tl2wowBo


Chre amie, Cher ami,

Nous sommes persuads que vous mesurez la gravit de la situation dans laquelle se trouve Bahar Kimyongr. Nous esprons que ces analyses et prises de position vous apporteront des arguments supplmentaires pour vous engager nos cts en faveur de la libert d’expression… et viter de la sorte, l’extradition de notre ami Bahar vers la Turquie.

Le Comit pour la Libert
dExpression et dAssociation (CLEA)
www.leclea.be

[Notre
dossier sur le thme
]

Publicités

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.