BELGIQUE: Obliger de travailler jusqu’à 65 ans et perdre 298 eur os de pension !…

s/c
Les Belges vont maintenant devoir apprendre à réfléchir AVANT deux fois… d’ aller voter …

RoRo

From: jonathanlefevre
Sent: Thursday, September 18, 2014 4:29 PM
Subject: Obliger de travailler jusqu’à 65 ans et perdre 298 euros de pension!

18 Septembre 2014

La coalition de droite va fortement durcir les règles d’accès à la pension, était-il annoncé dans la presse hier, 18 septembre 2014. Le service d’études du PTB a analysé l’impact concret des mesures présentées, sur base des données déjà connues. Il en ressort que les conséquences sont particulièrement considérables.

« Un grand groupe de travailleurs (dont la majorité des femmes) seront obligés de travailler jusqu’à 65 ans, explique Kim De Witte, docteur en droit des pensions à la KULeuven et est également le spécialiste des pensions au PTB. Et, d’autre part, on réduit le montant des pensions. Pour les fonctionnaires, cette baisse va jusqu’à 298 euros nets par mois. La pension des fonctionnaires est calculée sur base des quinze ou vingt dernières années de service, et le bonus de diplôme est supprimé. » Pour les travailleurs qui ne trouvent plus d’emploi après l’âge de 55 ans, cette diminution va jusqu’à 123 euros par mois.

Lire ici l’étude complète du service d’études du PTB.

Kim De Witte critique vivement le caractère absurde du projet pensions de la coalition de droite : « Obliger les gens à travailler plus longtemps alors que le nombre de demandeurs d’emploi est actuellement gigantesque est, et reste, absurde. Les études récentes montrent que le relèvement de l’âge de la pension aura un impact négatif sur le nombre d’emplois qui deviendront vacants dans un futur proche. »

Kim De Witte dénonce aussi le caractère inéquitable de ces mesures. « Instaurer le même âge de la pension pour tous les travailleurs est également particulièrement injuste. Les travailleurs possédant un diplôme d’études supérieures vivent six à sept ans de plus et leur espérance de vie en bonne santé est de dix-huit à vingt-cinq ans supérieure par rapport à ceux qui n’ont pas fait d’études supérieures. En outre, on constate que l’état de santé de ce second groupe, loin de s’améliorer, est en net recul. En 1997, une femme de 25 ans non diplômée vivait en moyenne en bonne santé jusqu’à 58 ans. Actuellement, cet âge est de 49 ans. »

Selon Kim De Witte, une autre politique de pensions est nécessaire, réalisable, et payable. « Le Comité d’étude sur le vieillissement a calculé les coûts du vieillissement. Selon son dernier rapport, l’augmentation de ce coût reviendrait à 2,5% du PIB d’ici 2030 et à 4,2% d’ici 2060. Ce qui correspond à une augmentation de 0,16% par an (625 millions d’euros) d’ici 2030 ou 0,09% d’ici 2060. Ce n’est pas du tout un tsunami, mais une lente augmentation. En 2060, le coût total des pensions s’élèverait à 14,7% de notre PIB. Est-ce tellement énorme ? Bien sûr que non. En 2010, des pays comme la France et l’Autriche consacraient déjà respectivement 14,6% et 14,1% de leur PIB à leurs pensions. »

« La pension légale reste parfaitement payable si l’on choisit de mieux répartir la richesse comme le propose l’alternative du PTB », déclare Kim De Witte. Le PTB avance en effet deux propositions :

• Instauration d’une taxe des millionnaires. 3 milliards du produit de cette taxe peuvent être consacrés à l’augmentation des pensions.

• Renforcement de la lutte contre la fraude fiscale. 3 milliards des rentrées de celle-ci peuvent être utilisés à alimenter le Fonds du vieillissement.

Tags:
Kim De Wittepensions

Publicités

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.