BELGIQUE: Wallonie: Quand le dernier charbonnage fermait il y a 30 ans …

WALLONIE:

Quand le dernier charbonnage fermait il y a 30 ans …

Roton: fermeture

C’était il y a 30 ans: le Roton, dernier charbonnage wallon en activité, fermait ses portes. Coup d’œil dans le rétro.

C’était le 29 septembre 1984, à 5 heures 43 précisément. Les mineurs de la pause 10-6 remontaient à la surface. Derrière eux, la grille de la cage se refermait pour la dernière fois. Le Roton, à Farciennes, avait vécu. Avec lui, c’est tout un pan d’une industrie qui, pendant des décennies, avait concouru à faire de la Wallonie une des régions les plus riches d’Europe, qui disparaissait.

Cette disparition de l’industrie houillère wallonne avait été programmée de longue date, quelques années seulement après la Seconde Guerre mondiale. Les charbonnages belges ayant peu souffert du conflit, notre pays peut redémarrer immédiatement l’extraction et, sous l’impulsion du premier ministre, Achille Van Acker (PSB), se lancer dans la «bataille du charbon». Objectif: retrouver la production d’avant-guerre.

Mais deux facteurs, à terme, condamneront l’industrie charbonnière belge. Une main-d’œuvre abondante est nécessaire et peu de Belges sont candidats à ce métier. Le recours à une main-d’œuvre étrangère s’impose donc, et ça coûte cher à la Belgique. À cela s’ajoute l’obsolescence des charbonnages belges, wallons en particulier, épargnés par la guerre, certes, mais dont les installations remontent souvent au XIXe siècle.

Il faudra rationaliser, et surtout mettre en place un plan de fermeture des charbonnages pur et simple qui s’étalera sur une trentaine d’années. On commence par fermer les puits les moins rentables, la Grande Veine, près de Mons, inaugurant la triste série. Le Roton sera le dernier grâce à ses installations modernisées. Et le couperet tombera finalement le 30 septembre 1984.

Notes de RoRo:

Cet article oublie cependant de rappeler quelques autres vérités:
-la main d’ oeuvre importée italienne était sous-payée par rapport aux salaires en vigueur chez nous… en Belgique.
-pour nombre de travailleurs italiens, les conditions de travail dans nos charbonnages étaient déplorables …
-les travailleurs italiens ont été importés comme du bétail en échange de la fourniture à l’ Italie de dizaines de milliers de tonnes de charbon produit en Belgique …
-de la fin de la guerre à la fermeture du Roton, les patrons ont reçu des centaines de milliards de francs de subsides publics soi-disant pour les moderniser les charbonnages, avant d’ aboutir progressivement à leur fermeture définitive…
-la fermeture de nos charbonnages était effectivement programmée, dès la création de la CECA (Commission Européenne du Charbon et de l’ Acier), déjà une des premières oeuvres néfastes de l’ Europe capitaliste actuelle. La sidérurgie a suivi le même chemin.
-pour mener ce travail, un “Directoire charbonnier” fut, dont la direction fut confiée à une “lumière” “socialiste” de la Fédération PSB de Charleroi, René ÉVALENKO …

Pendant des années cde l’ après guerre, le Parti Communiste de Belgique n’a pas cessé de réclamer la nationalisation des charbonnages. Hélas, … !

René Évalenko
Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Naissance 31 août 1920
Bruxelles
Décès 22 février 1980 (à 59 ans)
Bruxelles
Nationalité: Belge
Pays de résidence: Belgique
Activité principale Directeur national de l’équipement du Groupe G

René Evalenko, né à Bruxelles, le 31 août 1920, également décédé à Bruxelles, le 22 février 1980, est un résistant (membre du groupe G), directeur de la Banque nationale de Belgique, président du Directoire Charbonnier, directeur de l’Institut Emile Vandervelde.

Après des études secondaires à l’Athénée de Saint-Gilles, René Evalenko entame, en 1938, des études d’ingénieur commercial à l’école de commerce Solvay.
Son action dans la résistance

Président d’une association étudiante (le cercle Solvay), René Évalenko commence ses activités de résistance à l’occupation en organisant des cours clandestins suite à la fermeture de l’Université libre de Bruxelles en protestation à la tentative de nomination par les autorités occupantes de professeurs non agréés par les facultés.
En 1943, René Évalenko est contacté par Jean Burgers, le dirigeant du groupe G (Groupe de sabotage) qui lui propose de reprendre la direction du service « Matériel » du groupe suite à l’exécution de Richard Altenhoff par l’occupant.

RoRo

BELGIQUE : en hommage aux ouvriers mineurs, de toutes nationalités, victimes du travail et de l’exploitation des patrons-charbonniers capitalistes.

BELGIQUE : le Pays-Noir (Hainaut, région de Charleroi) fut, avec le Pays de Liège, le Centre, le Borinage, le Limbourg (en Flandre), une des régions charbonnières où des centaines d’ ouvriers-mineurs furent victimes du travail (tués, blessés,silicosés …), de l’exploitation et de l’incurie des patrons-charbonniers capitalistes qui jouirent de toutes les protections des gouvernants, de plantureux subsides et des mansuétudes de la « Justice ».
Deux catastrophes minières importantes (à l’ exemple de Courrières en France) ont eu lieu au cours desquelles plusieurs dizaines, plusieurs centaines, de travailleurs (Belges et « étrangers ») y ont perdu la vie…., à cause de la rapacité et de l’incurie patronales : à Mariemont-Bascoup en 1950 et au Bois du Cazier en 1956.
J’ y consacre deux pages sur mon site en hommage à ces travailleurs, des pages dont je ne suis d’ailleurs pas l’ auteur (quoiqu’ ayant vécu ces événements), aux adresses suivantes :

http://users.skynet.be/roger.romain/COURCELLES_Bascoup.htm
http://users.skynet.be/roger.ro…/boisducazier_08_08_1981.htm

Nul doute qu’ elles rappelleront de douloureux souvenirs, malheureusement, en Belgique et à l’ étranger …

RoRo

https://www.facebook.com/groups/roger.romain/https://www.facebook.com/groups/roger.romain/photos/

Advertisements

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.