Disparitions au Kosovo : un rapport qui accable la Minuk

L’ UCK: et dire que c’ est pour voler aux secours de ces terroristes de l’ UCK, que les ricano-otano-occidentaux ont déclenché leur lâche agression en 1999 contre la SERBIE, accusée de génocide, … On voit ce qu’ il en est aujourd’ hui du Kosovo, de la Serbie, de l’ ensemble de la Yougoslavie, dépecée, balkanisée de nouveau, à la suite des menées de tas d’ aventuriers nationalistes, soutenus par l’ Occident… La YOUGOSLAVIE fut au temps de TiTo, un pays qui avait, en tant que membre des pays non-alignés, un pays respecté, qui avait une audience quand même considérable. Neutre ou pas, non-aligné ou pas, après la dissolution des pays socialistes en Europe, même dans ce cas, la Yougoslavie devait disparaître, en tant que telle, car elle se réclamait impudemment d’ une certaine forme de socialisme, … Intolérable, pour les ricano-occidentaux, pour l’ Allemagne ex-nazie et revancharde qui avait des comptes en retard à régler dans cette partie de l’ Europe, … Les Serbes, notamment s’ étaient en effet et courageusement battus contre les occupants et les armées nazies, …

RoRo

Cette MINUK, pour rappel, c’ est ceci :

La MINUK a mis sur pied, le 16 juillet 1999, un Conseil de transition du Kosovo, « plus haut organe consultatif politique placé sous la houlette de la MINUK » selon le directeur de cette dernière, Bernard Kouchner1. Selon Kouchner (1999):

« Il offre aux principaux partis politiques et groupes ethniques – à savoir la Ligue démocratique du Kosovo, l’Armée de libération du Kosovo, des membres des communautés serbe, bosniaque et turque, des indépendants et d’autres représentants du Kosovo – l’occasion de contribuer directement au processus décisionnel de la MINUK1. »

À l’automne 1999, dans le cadre de la mission UNCIVPOL, elle avait également établi une Police internationale des Nations unies (UNIP) forte de 3 500 hommes armés, chargée du maintien de l’ordre et de la mise sur pied d’unService de police du Kosovo (KPS) en collaboration avec l’OSCE 1. L’UNIP effectuait des patrouilles conjointes avec la KFOR, et a progressivement pris en charge les détentions effectuées par cette dernière (voir Behrami c. France et Saramati c. France, Allemagne et Norvège, 2006)1. Les effectifs de la police CIVPOL de la MINUK étaient descendus à 2 500 hommes en avril 2000.

Quant au KOSOVO, soi-disant devenu “libre”, “démocratique” et “indépendant”, il veut maintenant adhérer à l’ OTAN et à l’ Euro-tyrannie capitaliste, au sein d’ une communauté de peuples annexés et intégrés, c’ est tout dire, sur les raisons de cette guerre, …

RoRo

Disparitions au Kosovo : un rapport qui accable la Minuk

Traduit par Jacqueline Dérens
3 réactions

Sur la Toile :

Publié dans la presse : 5 janvier 2015
Mise en ligne : mardi 6 janvier 2015

Selon le journal de la diaspora serbe Vesti, le Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (OHCHR) aurait récemment rédigé un rapport dénonçant les lacunes des enquêtes sur les disparitions de civils serbes au Kosovo, menées par la Minuk après la guerre.

L’association des familles de Serbes enlevés et assassinés au Kosovo se félicite des informations diffusées dans les médias, selon lesquelles le Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (OHCHR) prend acte de « la faillite de la Minuk à mener des enquêtes efficaces sur les trafics d’organes au Kosovo dans les années 1999 et 2000 ».

Publicités

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.