Le gouvernement croate cède l’Adriatique aux compagnies pétroliè res

CROATIE: la “démocratie” retrouvée, grâce à la restauration du capitalisme (l’ économie de marché, l’ économie réelle !), la libre concurrence, …

Une aubaine pour les compagnies pétrolières …
RoRo

Le gouvernement croate cède l’Adriatique aux compagnies pétrolières

De notre correspondante à Zagreb

Sur la Toile :

Mise en ligne : lundi 5 janvier 2015

La chasse à l’or noir est lancée sur les côtes croates. Jeudi 2 janvier, le gouvernement de Zagreb a dévoilé la liste des compagnies pétrolières qui ont, pour cinq ans, l’autorisation de prospecter en Adriatique, à la recherche de gisements pétroliers et gaziers. L’État croate espère plus de 500 millions d’euros d’investissement alors qu’aucune étude sur l’impact de ce projet sur l’environnement n’a été réalisée.

Par Laetitia Moreni

JPEG - 24.7 ko Puit de pétrole en mer du Nord

La Croatie se lance officiellement dans l’exploitation du pétrole. Jeudi 2 janvier, lors de la première réunion ministérielle de 2015, le gouvernement a dévoilé la liste des géants pétroliers qui pourront exploiter les ressources énergétiques de l’Adriatique. L’entreprise nationale INA, le groupe autrichien OMV, l’américain Marathon Oil, l’italien ENI et le britannique MedOilGas ont obtenu des permis de prospection. Durant cinq ans, ces compagnies pourront sonder le fond du littoral croate à la recherche de pétrole et de gaz naturel.

Au total, dix des 29 sites d’exploration prévus par le gouvernement de Zoran Milanović ont été attribués. Il s’agit de carrés d’environ 1.000 à 1.600 kilomètres carrés, situés le long de la côté dalmate (huit dans le Nord de l’Adriatique, 21 au centre et dans le Sud). Le consortium constitué de Marathon Oil basé au Texas et d’OMV a obtenu sept licences sur dix (un bloc dans le Nord, 4 dans le centre et 2 dans le Sud). La compagnie INA, détenue à la fois par le gouvernement croate et le Hongrois MOL, pourra explorer deux sites dans l’Adriatique méridionale. Enfin, un permis a été accordé au centre de l’Adriatique au consortium constitué d’ENI et de MEDOILGAS. Les contrats détaillés entre les entreprises et l’Etat croate seront signés d’ici le 2 avril prochain.

D’après les informations détaillées jeudi dernier par le ministre de l’Energie Ivan Vrdoljak, six candidats ont répondu à l’appel d’offres lancé le 2 avril 2014 et qui a pris fin le 2 novembre 2014. Une seule compagnie anonyme reste donc sur la touche. « La valeur estimée des plans d’investissement relatifs aux activités de recherche s’élève à 4 milliards de kunas (521 millions d’euros) », a affirmé Ivan Vrdoljak. « Même dans un moment d’instabilité géopolitique, de crise et avec un prix variable du pétrole, cet appel d’offres pour la recherche et l’exploitation des hydrocarbures est un succès pour notre pays », a ajouté le ministre qui rêve de voir la Croatie devenir une « petite Norvège », voire même le leader énergétique de l’Europe du Sud-Est.

Selon les données de l’US Energy Information Administration (EIA), la Croatie dispose de réserves estimées à 70 millions de barils et de 2,6 milliards de mètres cubes de gaz. La phase d’exploration devrait durer cinq ans. Aucune étude n’a été menée jusqu’ici sur l’impact de ce projet sur l’environnement.

Une pétition a été lancée sur Internet pour demander l’arrêt de ces projets. Pour participer, signez ici.

Publicités

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.