Le génocide des autochtones des Amériques se poursuit.

From: Infolettre Mondialisation.ca
Sent: Tuesday, June 9, 2015 12:35 AM
To: roger.romain
Subject: Le génocide des autochtones des Amériques se poursuit.

Les Kayapos de l’Amazonie brésilienne et le barrage de Belo Monte. Le génocide des autochtones des Amériques se poursuit.

Par Jules Dufour
Mondialisation.ca, 5 juin 2015
Url de l’article:
http://www.mondialisation.ca/les-kayapos-de-lamazonie-bresilienne-et-le-barrage-de-belo-monte-le-genocide-des-autochtones-des-ameriques-se-poursuit/5453720

Barrage Belo Monte

Cest dans les terres ancestrales des peuples autochtones que l’univers capitaliste mondial vient chercher les ressources nécessaires à son expansion. Construction de barrages et de canaux, prélèvement de matières ligneuses et élimination du couvert forestier pour laisser place aux cultures spéculatives. Partout où des ressources stratégiques sont disponibles les projets se développent au détriment de l’existence même des peuples autochtones. Nous continuons d’assister ainsi à un génocide.

Dans cet exposé, nous présentons le projet de construction du barrage hydroélectrique de Belo Monte situé sur la rivière Xingu , un affluent du fleuve Amazone se trouvant dans lÉtat de Pará au Brésil de même que ses impacts sur l’environnement biophysique et humain (figures 1 et 2). Nous analysons le mouvement de résistance qui a pris naissance contre ce projet.

La construction de cet ouvrage a des conséquences dramatiques pour la tribu des Kayapó et d’autres peuples, qui vivent dans la région qui sera inondée et ce sur une superficie de 500 kilomètres carrés. Ils ont été forcés d’abandonner leur espace de vie. Leur déportation, plus de 40 000 personnes, a commencé en 2012. Les protestations effectuées au niveau mondial et la collecte de 600 000 signatures (figure 3), n’ont rien changé. La construction a été autorisée le 1er juin 2012 sous le gouvernement de Dilma Rousseff et suit son cours.

Figure 1. L’État de Para, Brésil

Source : http://pt.wikipedia.org/wiki/Par%C3%A1

Figure 2. Localisation du barrage de Belo Monte

Source : http://www.cielterrefc.fr/raoni-proteste-contre-la-construction-du-barrage-de-belo-monte/

Figure 3. Le Chef Raoni et les premières signatures de sa pétition internationale contre le barrage

Source : http://es.wikipedia.org/wiki/Represa_de_Belo_Monte

I. Le barrage de Belo Monte (figures 4 et 5)

Le barrage de Belo Monte est un important projet du Programme Brésilien d’Accélération de la Croissance (Programa de Aceleração do Crescimento). Les autorités affirment que ce barrage permettra au Brésil d’accéder à une plus grande autonomie énergétique, particulièrement dans le bassin amazonien, très dépendant de l’énergie fossile.

Le barrage sera dune capacité installée de 11.000 MW, soit la deuxième plus grande centrale hydroélectrique du Brésil (après le géant Itaipu Binacional Brésil-Paraguay de 14.000 MW), et la troisième dans le monde derrière les Trois Gorges (Chine). Il représentera 11% de la capacité hydroélectrique installée du Brésil. Le coût de construction du barrage est estimé à 18,5 milliards de dollars. Le réservoir qui sera créé aura un volume de 39 601 millions de mètres cubes. La centrale comprendra 27 turbines pour une production annuelle de 38 600 GWh/an. Cela devrait représenter jusqu’à 10 % de l’électricité produite au Brésil, et la puissance crête appelable à la demande grâce à l’important réservoir associé au barrage pourra éventuellement être utilisée pour réduire l’utilisation de moyens de pointe lors des pics de demande. L’électricité du barrage devrait servir à l’extraction de bauxite à partir de gisements dans l’État du Pará et à sa transformation en aluminium .

Le projet devrait employer durant la construction environ 18 000 personnes de manière directe et 80 000 de manière indirecte ; après la construction, le nombre d’emplois permanents serait de 2 000. L’appel d’offre du projet a été remporté par le Consórcio Norte Energia, une filiale à 49 % d’Eletrobras.

Figure 4. Situation du barrage et de la zone inondée de Belo Monte

Source : http://fr.novopress.info/novopress-actu/barrage-de-belo-monte/

Figure 5. Vue aérienne du barrage de Belo Monte en construction


Source : http://www.takepart.com/photos/belo-monte-dam-protest/good-bad-and-ugly-belo-monte

II. Les impacts sur l’environnement

Le projet est critiqué par les organisations de défense des droits humains et environnementaux comme Survival International. Il inondera une grande surface, assèchera un segment de la rivière Xingu, détruira la forêt tropicale et réduira les stocks de poissons essentiels pour la survie de différents peuples autochtones de la région tels que les Kayapó, les Arara, les Juruna, les Araweté, les Xikrin, les Asurini et les Parakanã. Il est également projeté que, pour être viable, le Belo Monte exigera d’autres barrages en amont pour assurer un débit annuel constant, ce qui signifierait l’inondation d’une plus grande superficie de forêts. L’afflux d’immigrants dans la région durant la construction du barrage constitue aussi une menace qui risque d’introduire la violence et les maladies chez les autochtones, de manière à mettre leur vie en danger.

Le ministère des Affaires indiennes du gouvernement brésilien, la FUNAI, a déclaré qu’il pourrait y avoir certains Indiens isolés près du barrage. Pour ces Indiens le risque serait plus élevé, car ils ont très peu de résistance aux maladies venant de l’extérieur, ce qui pourrait leur être fatal.

Les principaux impacts du projet sur l’environnement se résument ainsi :

– 1500 km2 de forêts vont être détruits. Les poissons vont eux aussi disparaitre de la rivière de Xingu une fois le barrage construit, et les autres espèces animales vont continuer d’être menacées.

– Entre 20 000 et 40 000 indiens sont contraints de quitter leurs habitats et de chercher ailleurs leur nourriture qui provient essentiellement de la chasse et de la pêche.

III. Le mouvement de résistance

Selon Dom Erwin Kräutler, ardent défenseur des populations autochtones, « la réalité est que la lutte contre le barrage du Rio Xingu dure depuis plus de 30 ans. Pendant un certain temps on a cru que le projet était abandonné. Ce fut une erreur. Quand Lula est devenu chef du gouvernement, au lieu de renoncer définitivement à cette monstruosité, il sen est saisi et, s’appuyant sur les expertises euphoriques de sa ministre des mines et de lénergie, Dilma Rousseff, il a lancé en grande pompe la construction de cet ouvrage en l’intégrant au Programme d’accélération de la croissance (PAC) ».

« C’est un projet qui ne bénéficie qu’aux entreprises. Au contraire de ce qu’ils disent, ce n’est pas de l’énergie propre: il génère du gaz méthane qui provoque le changement climatique et il va déplacer 30 000 habitants », a déclaré à l’AFP Antonia Melo du Mouvement Xingu Vivo auquel appartiennent 150 organisations indigènes et sociales.

Le procureur général, ainsi que de nombreuses organisations locales et internationales avait demandé que le permis de construction soit suspendu, affirmant que les études d’impact environnemental étaient incomplètes et que les populations autochtones et d’autres qui seront touchées nont pas été correctement consultées. Un premier projet de construction du Belo Monte a été abandonné dans les années 1990 en raison des protestations nationales et internationales.

Les indiens Kayapos protestent. Leur voix est entendue dans le monde entier

Les indiens Kayapó et d’autres peuples autochtones de la région ont protesté contre le barrage à partir du moment où sa construction a été proposée au début des années 1980. Dans une lettre adressée au président Lula da Silva, les Kayapos ont déclaré ce qui suit:

« Nous ne voulons pas de ce barrage qui va détruire les écosystèmes et la biodiversité dont nous avons pris soin pendant des millénaires et que nous pouvons encore préserver ». Les Indiens disent qu’ils vont sopposer à la construction de ce barrage par tous les moyens et que si les travaux de construction sont entrepris la rivière Xingu deviendra un fleuve de sang. Il importe de mentionner lintervention du chanteur britannique Sting, en 2010, qui avait ainsi invité sur scène le Chef Raoni pour dénoncer Belo Monte, lors d’un concert présenté à Sao Paulo. La résistance du Chef Raoni a aussi fait l’objet d’une émission de la série “Ushuaïa nature” de Nicolas Hulot en décembre 2012.

La résistance continue de se manifester en 2015

En février 2015, un blocus de la route a commencé le matin du 9 février. Les indiens Xipaia, Juruna et Arara ont bloqué le passage sur un tronçon de 27 km donnant accès au site Pimental, à 60 km dAltamira. Des bus et les camions ont été utilisés pour bloquer la circulation (figure 6).

Les autochtones réclament la construction de maisons en maçonnerie, d’écoles, des centres de santé et de salles de bain, ainsi que l’achèvement des travaux d’assainissement dans les villages. Leurs dirigeants affirment que Norte Energia n’a pas respecté les actions prévues dans le plan de l’environnement de base de la composante autochtone.

Figure 6. La justice envoie la police pour évacuer les autochtones et rétablir l’accès au site du barrage de Pimental

Source : http://evandrocorreaoliberal.blogspot.ca/2015/02/justica-manda-policia-retirar-indios-e.html

Conclusion

Ce méga-projet de Belo Monte s’est présenté comme un bulldozer qui pousse tout devant lui en détruisant l’espace vital de plusieurs peuples autochtones de l’Amazonie. Le grand capital a encore eu raison de la résistance de ces peuples. Ceux-ci essayeront de survivre en étant contraints de s’adapter à un environnement désenclavé et profondément transformé. Cette tragédie qui se répète sans cesse cause de grands préjudices pour le climat et ainsi pour le bien-être de toute l’humanité.

Le réseau des aires protégées de l’Amazonie, selon une étude d’Imazon et de l’Instituto Socioambiental (ISA), couvre en 2010 près de 44 pourcents de la région amazonienne mais souffre d’empiètement et de mauvaise gestion. Il savère néanmoins un moyen de sauvegarder en théorie une portion significative du patrimoine autochtone de cette région. Cette étude révèle, en effet, que les aires protégées d’Amazonie brésilienne couvraient une superficie de 2.197.485 kilomètres carrés et que les lieux de préservation tels que les parcs nationaux constituaient à peine plus de la moitié de ces aires, tandis que les territoires indigènes en constituaient 49,4 pourcents (figure 7). L’établissement d’aires protégées créées par législation est l’approche qui est promue partout dans le monde par l’Union Internationale pour la conservation de la Nature (UICN). Cette façon de faire peut savérer efficace, mais elle n’empêche pas un gouvernement d’apporter, à nimporte lequel moment, des amendements à la loi qui les constitue de manière à prioriser des projets de mise en valeur à d’autres fins.

Figure 7. Utilisation des terres de l’Amazonie

Source : http://fr.mongabay.com/news/2011/fr0420-protected_amazon.html

Les politiques préconisées par le gouvernement brésilien concernant les peuples autochtones ne rassurent personne : « Pour Dilma, Belo Monte n’a jamais été un sujet de débat avec les mouvements populaires ou les populations directement concernées. […] Le gouvernement continue à défendre le latifundio et les privilèges qui ont été concédés à l’agroindustrie, contre les peuples indiens. […] Le rouleau compresseur poursuivra son chemin, passant sur nous ici près du Rio Xingu et d’ici peu sur les peuples du Rio Tapajós et des autres rivières dAmazonie » prévient Dom Erwin Kräutler.

Jules Dufour

Centre de recherche sur la Mondialisation, Montréal, Canada

Jules Dufour: Ph.D., C.Q.. Professeur émérite, géographe. Membre de la Commission mondiale des Aires protégées de l’Union Internationale pour la conservation de la nature (UICN), Gland, Suisse. Membre, Conseil de gestion des ressources fauniques de la région marine dEeyou (2013- )

Références

ACTUALUTTE. 2015. Belo Monte : analyse dun ethnocide néolibéral. Le 19 mars 2015. En ligne : http://actualutte.com/belo-monte-analyse-dun-ethnocide-neoliberal/

COWBLOG. 2012. Le barrage de Belo Monte. Le 21 juillet 2012. En ligne : http://lancien.cowblog.fr/le-barrage-de-belo-monte-3193204.html

DUFOUR, Jules. Les Autochtones et la reconnaissance de leurs droits et de leurs valeurs culturelles. Panorama sur le Québec. En ligne : http://www.panorama-quebec.com/cgi-cs/cs.waframe.content?topic=27083&lang=1

DUFOUR, Jules. 2015. Les mégaprojets du 21ième siècle: l’expression extrême du capitalisme industriel mondialisé. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM). Le 26 février 2015. En ligne : http://www.mondialisation.ca/les-megaprojets-du-21ieme-siecle-lexpression-extreme-du-capitalisme-industriel-mondialise/5433581

FACHIN, Patricia et João Vitor Santos. 2015. BRÉSIL – Le monstrueux barrage de Belo Monte et le naufrage d’Altamira que Dilma n’a pas eu le courage d’aller voir. Entretien avec Dom Erwin Kräutler. ALTERINFOS AMÉRICA LATINA. Le 23 janvier 2015. En ligne : http://www.alterinfos.org/spip.php?article6782

FREEMAN, Andrew. 2013. 40,000 People Can Move or Drown: 9 Photos of Brazils Belo Monte Dam. The worlds third largest hydroelectric dam would submerge 580 square miles of rainforest, and the people and animals that live in it. Le 9 avril 2013. En ligne : http://www.takepart.com/photos/belo-monte-dam-protest/good-bad-and-ugly-belo-monte

GOTO SECO. 2012. Índios brasileiros X Hidrelétrica Belo Monte estrangeira. Le 30 octobre 2012. En ligne : http://g1.globo.com/pa/para/noticia/2015/02/sem-acordo-indios-mantem-bloqueio-de-em-belo-monte-no-pa.html

MORER, Maxo. 2011. BRASIL: Tribu Kayapo y represa Belo Monte. REPRESAS DESTRUCCIÓN Y MUERTE!!! Prensa libre Pueblos originarios. Le 28 novembre 2011. En ligne : http://prensalibrepueblosoriginarios.blogspot.ca/2011/11/brasil-tribu-kayapo-y-represa-belo.html

INTERNATIONAL RIVERS. Belo Monte Dam. En ligne : http://www.internationalrivers.org/pt-br/campaigns/belo-monte-dam

PARÁ. 2015. Sem acordo, índios mantêm bloqueio de via em Belo Monte, no PA. Força Nacional tentou negociação com manifestantes, sem sucesso. Índios bloqueiam acesso à principal canteiro de obras de hidrelétrica. Le 11 février 2015. En ligne : http://g1.globo.com/pa/para/noticia/2015/02/sem-acordo-indios-mantem-bloqueio-de-em-belo-monte-no-pa.html

RADIOMERCOSUR. 2012. Brasil Violenta evacuación de la tribu kayapó. En ligne : http://radiomercosur.com/noticias/BRASIL_VIOLENTA_EVACUACION_DE_LA_TRIBU_KAYAPO_2012_05_18/

Raoni proteste contre la construction du barrage de Belo Monte. Le Temple des consciences. Le 19 mars 2012. En ligne : http://www.cielterrefc.fr/raoni-proteste-contre-la-construction-du-barrage-de-belo-monte/

RTBF.BE. 2010. Le barrage de Belo Monte en Amazonie vivement contesté. Le 3 février 2010. En ligne : http://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-barrage-de-belo-monte-en-amazonie-vivement-conteste?id=4901753

The Xingu 11. 2012. Protest against the criminilization of the struggle against Belo Monte. They shall not pass! En ligne : http://15osp.org/2012/07/02/the-xingu-11-protest-against-the-criminilization-of-the-struggle-against-belo-monte/

WIKIPEDIA. Represa de Belo Monte. En ligne : http://es.wikipedia.org/wiki/Represa_de_Belo_Monte

WIKIPEDIA. Barrage de Belo Monte. Dernière mise à jour : Le 17 mai 2015. En ligne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Barrage_de_Belo_Monte

WIKIPÉDIA. Pará. Dernière mise à jour : Le 12 mai 2015. En ligne : http://pt.wikipedia.org/wiki/Par%C3%A1

WIKIPÉDIA. Rio Xingu. En ligne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Rio_Xingu

WINDMILLS EDITION. 2012. La evacuación de la tribu kayapó – un pueblo indígena de la región amazónica de Mato Grosso en Brasil – ha comenzado… En ligne : https://www.facebook.com/WindmillsEdition/photos/a.177176832334862.61050.111213352264544/377492698969940/?type=1&th

Vidéos

INUMAGINFO.COM. 2014. Belo Monte, Symbole d’un Ecocide partie 2. Le 6 juillet 2014. En ligne : http://www.inumaginfo.com/belomontesymboledunecocide15062014-721.html

RIO +20 – le soutien de NICOLAS HULOT au cacique RAONI, qui milite pour sauver la forêt amazonienne. Le 1 juin 2012. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=VoaHnyGTbgE

NICOLAS HULOT AVEC LE CACIQUE RAONI :”L’HISTOIRE A BAFOUÉ TROIS FOIS LA CIVILISATION INDIENNE”. Le 17 février 2013. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=If5ZN3ftXS0

Copyright © 2015 Mondialisation.ca

https://www.facebook.com/groups/roger.romain/
https://www.facebook.com/groups/roger.romain/photos/
https://www.facebook.com/groups/roger.romain/files/
https://www.facebook.com/RomainRogerdeCourcelles/
Advertisements

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.