Pour nos “honorables” députés: la pension à 52 ans et 5-6 fois mieux payée que la nôtre, qui est portée de 65 ans à 67 ans pour 2030… Ça, ce sont des “démocrates” et ils savent se servir d’ abord, … !

Pour nos “honorables” députés: la pension à 52 ans et 5-6 fois mieux payée que la nôtre, qui est portée de 65 ans à 67 ans pour 2030… Ça, ce sont des “démocrates” et ils savent se servir d’ abord, … !

RoRo

Ils peuvent partir en pension à 52 ans et décident que nous devons travailler jusque 67 ans

3 Juillet 2015

auteur: 

Service de presse du PTB

L’étude du PTB est parue dans les journaux du groupe Sudpresse ce vendredi 3 juillet.

« Presque tous les députés à la Chambre qui voteront bientôt le relèvement de l’âge de la pension à 67 ans pourront, eux, prendre leur pension à 55 ans, et même à 52 ans (en pension anticipée). » Telle est la conclusion de la nouvelle étude du service d’études du PTB. Et ce, pour gagner un montant bien supérieur à la pension moyenne : jusqu’à 6 283 euros par mois !

La Chambre des représentants votera sous peu le relèvement de l’âge légal de la pension à 67 ans. Plus tôt cette année, la Chambre a voté la suppression du bonus de pension, ce qui aura pour conséquence que tout travailleur actif jusqu’à 67 ans perdra exactement 187,16 euros de pension par mois. L’accord de gouvernement prévoit aussi un certain nombre d’autres mesures qui diminuent le droit à la pension légale : suppression du droit en cas de certaines formes d’interruption de carrière et de crédit-temps, suppression de la pension de ménage telle qu’elle existe aujourd’hui et une réforme approfondie des pensions des fonctionnaires.

Le PTB a toujours dénoncé le caractère injuste, illogique et inutile de ces mesures. « Elles sont également inacceptables, car tous ceux qui vont pousser sur le bouton approuvant la réforme des pensions dans les prochains jours bénéficient d’un régime spécial de pension aux multiples privilèges », dénonce Kim De Witte, spécialiste des pensions du PTB et un des auteurs de l’étude.

Le régime spécial de retraite des parlementaires prévoit en effet que :

Les députés qui ont siégé à la Chambre ou dans une autre assemblée parlementaire belge avant le 1er juin 2014 peuvent prendre leur pension à partir de 55 ans, et prendre leur pension anticipée à partir de 52 ans. C’est le cas pour presque tous les députés actuels à la Chambre qui voteront bientôt le relèvement de l’âge de la pension à 67 ans.
Un député qui n’a exercé qu’un seul mandat s’est déjà constitué une pension de 1 569 euros par mois. Un député qui a exercé deux mandats à la Chambre ou dans une autre assemblée parlementaire belge (avant le 1er juin 2014), s’est constitué une pension de 3 138 euros par mois. Avec trois mandats exercés, c’est une pension de 4 707 euros qui a été constituée. Ces droits sont en outre cumulables avec d’autres droits que se constituent les députés en tant que bourgmestre ou échevin dans une commune, ou en tant qu’avocat, médecin, employé… dans le privé. Par ce cumul, de nombreux députés touchent dans les faits la pension maximum autorisée en tant qu’agent de l’État, à savoir 6 283 euros par mois.

Pour rappel, la pension moyenne d’un salarié tourne autour de 1 050 euros par mois. La pension minimum pour les salariés qui ont travaillé au moins 30 ans (de nombreux travailleurs, en majorité des femmes, n’atteignent pas cette durée) est de 1 123 euros par mois.

« Avec une telle différence, on comprend mieux la facilité qu’ont ces parlementaires à voter des lois qui obligent l’ensemble de la population à travailler plus longtemps pour moins de pensions. Cela rend la réforme encore plus inacceptable. À moins de considérer la profession de parlementaire comme un métier particulièrement pénible, plus pénible que l’ensemble des autres métiers lourds… », explique Kim De Witte.

L’étude peut être retrouvée ici dans son intégralité (en néerlandais uniquement pour le moment).

Kim De Witte a également calculé à partir de quand trois acteurs majeurs de la réforme des fins de carrière pourraient partir à la pension et pour quel montant. Les exemples sont éloquents :

Charles Michel, Premier ministre (MR), est membre de la Chambre depuis 1999. Sa pension légale pour les années avant 2014 équivaut à 4 707 euros par mois. En 2030, il aura 55 ans (il est né en 1975). Pour les années entre 2014 et 2030, il se constituera 2 615 euros de droits de pension. Au total, en 2030, Charles Michel (qui aura alors 55 ans) se sera construit une pension de 7 322 euros par mois. Cette pension est en outre cumulable avec d’autres pensions, comme celle qu’il s’est constituée comme bourgmestre de Wavre (depuis 2006), avec un seuil maximal de 6.283 euro par mois.

Bart De Wever, premier ministre de l’ombre (N-VA), a été élu au Parlement flamand en 2004. Il est depuis parlementaire sans interruption. Pour les années avant 2014, sa pension légale équivaut à 3 138 euros par mois. En 2025, il aura 55 ans (il est né en 1970). Pour les années entre 2014 et 2025, il se constituera 1 918 euros de droits de pension. Au total, en 2025, Bart De Wever (qui aura alors 55 ans) pourra toucher une pension de 5 753 euros par mois.  Ce montant peut même être plus élevé, puisque l’indemnité parlementaire augmentera très probablement entre aujourd’hui et 2030. Cette pension est en outre combinable avec d’autres pensions, comme celle qu’il se constitue comme bourgmestre de la Ville d’Anvers, avec un seuil maximal de 6 283 euros par mois.

Daniel Bacquelaine, l’actuel ministre des Pensions (MR), est membre de la Chambre depuis 1994. Il s’est donc constitué une pension complète (20 années entre 1994 et 2014). S’il arrêtait aujourd’hui, sa pension de parlementaire équivaudrait à 7 172 euros par mois. Il faut ajouter à cela les droits de pension légale que Daniel Bacquelaine s’est constitués, par exemple comme bourgmestre de CHaudfontaine, avec un seuil maximal de 6 283 euros par mois.

Pour le PTB, le régime privilégié des parlementaires renforce le fait que la décision de porter l’âge de la retraite à 67 ans est injuste, illogique et inutile. Kim De Witte : « Cette mesure est injuste, car l’espérance de vie en bonne santé en Belgique se trouve aujourd’hui en dessous de 65 ans. Cette mesure est illogique : pourquoi travailler plus longtemps alors que tant de jeunes sont sans emplois ? Cette mesure est inutile, car nos pensions sont parfaitement payables. Selon les prévisions du Comité d’étude sur le vieillissement, nous devrons payer en 2060 ce que les pays comme l’Autriche ou la France accordent déjà en pourcentage de richesse au paiement des pensions. »

Publicités

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.