Il y a 8.000 ans, les Européens étaient noirs de peau.

Il présente bien ce président US. Comme à l’accoutumé en ce pays, la famille (épouse et enfants) est toujours proche lors des discours et c’est bon en matière de d’audience (de voix)
Ce qui différencie le président étasunien des précédents, c’est sa couleur de peau…
Simple remarque qui mérite un rappel: « Il y a 8.000 ans, les Européens étaient noirs de peau – La dépigmentation régressive de l’homme noir vers le blanc a suivi sa migration climatique » http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/il-y-a-8-000-ans-les-europeens-166157
Les « blancs » qui ont colonisé l’Amérique du Nord étaient originaires de l’Europe.

C’est un grand pays dominateur et n’attendons aucune réaction des deux courants politiques français qui se partagent le pouvoir depuis quelques dizaines d’années. On pourrait dire –du moins chez les « éclairés »– Amérique Latine/Europe, même combat contre la domination mercantile… 

Il y a 8.000 ans, les Européens étaient noirs de peau.
L’arrivée en Europe de l’Homme moderne (Homo sapiens) se situe vers -40.000 ans. Les comparaisons entre différentes populations humaines actuelles des séquences de l’ADN mitochondrial et du chromosome Y suggèrent fortement que tous les humains actuels ont une origine commune située en Afrique. Le plus ancien Homo sapiens connu jusqu’à présent a été découvert dans le gisement d’Omo Kibish (Éthiopie) daté de -195.000 ans. Les sites archéologiques découverts dans la péninsule arabique attestent que des Homo sapiens l’ont habitée aux environs de -125.000 ans. 75.000 ans plus tard, ils atteignent l’Indonésie, et 85.000 ans plus tard, ils sont en l’Europe. Leur représentant européen le plus connu est l’Homme de Cro-Magnon. Voici qu’aujourd’hui la science affirme que, non seulement l’homo sapiens d’origine négro-arabe a peuplé l’Europe à partit de -40.000 ans (-40 ka) environ, mais que, jusqu’à -6000 ans environ, ce qui très récent, les Européens étaient noirs de peau

Pourquoi la peau est-elle devenue plus claire ?

L’homme a un besoin vital de soleil pour assurer sa survie. Plus il s’est trouvé sous des latitudes de faible ensoleillement, plus sa peau s’est éclaircie pour lui permettre de recevoir la dose de soleil salutaire à sa survie. C’est la quantité de mélanine (filtre UV naturel) qui donne sa couleur à la peau. La peau noire a un très haut pouvoir filtrant.
La dépigmentation régressive de l’homme noir vers le blanc a suivi sa migration climatique. Il existe une corrélation claire entre la latitude et la pigmentation de la peau : « les peuples, qui ont passé une longue période de temps à des latitudes plus élevées, se sont adaptés à ces conditions par la perte de la pigmentation de la peau qui est commune aux latitudes plus basses  », a expliqué Sandra Beleza, de l’Université de Porto au Portugal. Une peau plus claire exposée au soleil peut générer plus de vitamines D par rapport à une peau plus foncée, ce qui rend l’adaptation importante pour les humains qui erraient loin des régions équatoriales.

Il y a 8000 ans, les Européens étaient noirs de peau

D’après des anthropologues, l’homme « blanc » existe depuis peu. Leur étude, présentée lors de la réunion annuelle des anthropologues américains le 26 mars 2015, montre que l’homme à la peau blanche n’existe que depuis 8.000 ans.
On savait déjà que l’humanité n’avait migré vers le nord que tardivement, et que les premiers homos sapiens installés en Europe, il y a 40.000 ans, étaient noirs de peau. Mais de nouvelles données présentées fin mars à la réunion annuelle des anthropologues américains montrent que les populations d’Europe du sud et du centre avaient toujours la peau pigmentée il y a 8.500 ans, rapporte « Science Magazine », relayé par « Slate.fr ».
Les chercheurs ont comparé les génomes de 83 individus issus de différents sites archéologiques européens, notamment en Espagne, au Luxembourg et en Hongrie. La même équipe avait révélé en février que les Européens modernes avaient principalement pour ancêtres trois populations du Néolithique : des chasseurs-cueilleurs présents depuis le Paléolithique (arrivés du Proche Orient il y a 40.000 ans), des fermiers arrivés aussi du Proche-Orient il y a 7.800 ans, et un peuple d’éleveurs de troupeaux, les Yamnaya,arrivé depuis les steppes du nord de la mer Noire il y a 4.500 ans.
Ce sont ces derniers qui pourraient avoir introduit les langues indo-européennes en Europe, avançait l’étude, publiée dans la revue « Nature ».

Les Européens n’ont pas hérité de la peau claire des Néandertaliens

Beleza et ses collègues ont étudié trois gènes associés à la pigmentation de la peau plus claire. Bien que ces gènes se retrouvent dans toutes les populations humaines, ils sont beaucoup plus fréquents en Europe qu’en Afrique, et expliquent une part importante des différences de couleur entre la peau des populations européennes et africaines.
En analysant les génomes de 50 personnes d’origine européenne et 70 personnes avec une ascendance africaine subsaharienne, l’équipe de Beleza a pu estimer quels sont les trois gènes (et la peau pâle) qui se sont répandus en premier dans les populations européennes. Le résultat suggère que les trois gènes associés à la peau pâle ont balayé la population européenne il y a seulement 11.000 à 19.000 ans.
« Les balayages sélectifs pour favoriser les Européens [versions des trois gènes] ont commencé bien après les premières migrations des hommes modernes en Europe », a signalé Beleza.
« La conclusion est en accord avec des études antérieures, suggérant que les humains modernes n’ont pas perdu leurs peaux foncées immédiatement après avoir atteint l’Europe », a dit Katerina Harvati, de l’Université de Tübingen, en Allemagne. « [La nouvelle étude] est intéressante car elle suggère une différenciation très tardive de pigmentation de la peau chez les humains modernes  », a-t-elle exprimé.
Une analyse précédente d’anciens ADNs d’ossements néandertaliens datant de 40.000 et 50.000 ans, respectivement d’Espagne et d’Italie, a suggéré que nos cousins néandertaliens disparus au cœur du continent européen avaient la peau claire et les cheveux roux. Mais les hommes de Néandertal se sont éteints il y a environ 28.000 ans – bien avant que les humains modernes d’Europe n’aient acquis une peau pâle. Évidemment, les Néandertaliens n’ont pas réussi ces adaptations locales utiles à l’homme moderne, en dépit des preuves génétiques du croisement des deux espèces.

Contacts dans le Moyen-Orient

« Cela peut paraître surprenant étant donné que les deux espèces vivaient coude-à-coude en Europe depuis plusieurs milliers d’années. Mais il est logique que le métissage – mis en évidence dans les gènes – se soit produit au Moyen-Orient, où les humains modernes et les Néandertaliens se sont rencontrés pour la première fois », a écrit Chris Stringer, du Musée d’Histoire Naturelle de Londres.
Dans cette région, les Néandertaliens ont pu avoir une peau plus sombre, ce qui explique pourquoi notre espèce ne bénéficie pas d’une pâleur de la peau après le croisement avec eux. En effet, une étude, effectuée plus tôt cette année, sur de l’ADN ancien, a suggéré que les Néandertaliens, vivant dans ce qui est aujourd’hui la Croatie, avait une peau foncée et les cheveux bruns.
« La couleur de peau de Néandertal était probablement variable, chose à laquelle on pouvait s’attendre pour une population importante répartie sur une grande étendue territoriale », a expliqué Harvati.
Cette étude a été publiée dans la revue Molecular Biology and Evolution, sous la référence doi.org/h9h. Les citations viennent du NewScientist.

France et Maghreb

Un précédent article traitant de la migration de notre ancêtre commun, l’homo sapiens, d’Afrique vers l’Arabie, puis d’Arabie vers le reste du monde, m’a valu beaucoup deréactions courroucées de lecteurs français. Pourtant, je n’y faisais que relater les dernières découvertes faites par d’éminents chercheurs occidentaux, qui ne peuvent pas être, dans leur grande majorité, motivés par des considérations racistes ou par une haine anti française , d’autant plus que ces recherches concernaient l’Europe dans sa globalité, et non pas la France en particulier.

De même, lorsque la science démontre que les Maghrébins ne sont pas des Arabes, les Maghrébins qui apprennent à l’école que leurs ancêtres sont les Arabes, et qui sont soumis à un lavage de cerveau intensif dans tous les médias « nous sommes TOUS des arabo-musulmans !« , sont tout aussi furieux, et ont exactement les mêmes réactions véhémentes.

- Pour ces Maghrébins, l’Histoire commence avec les invasions arabo-musulmanes du septième siècle.

- Pour ces Français, l’Histoire commence avec « Nos ancêtres les Gaulois ». Or les Celtes seraient arrivés en France vers le cinquième siècle avant J.C. il y a 2500 ans environ. Les Francs de Clovis sont arrivés vers l’an 400, il y a 1600 ans environ. Cela veut dire que, depuis l’arrivée de l’Homme Moderne (Homo Sapiens), la France a été gauloise durant 6% de son histoire, et franque durant 4% . En termes de générations (si l’on compte 25 ans par génération), depuis 42.000 ans, il y a eu 1680 générations, dont 100 générations celtes/gauloises et 64 générations franques, ce qui démontre que les immigrations celtes et franques sont relativement récentes par rapport à l’histoire de l’Homo Sapiens en France.

Voici ce qu’écrit Le Point du 25/01/2015 : « La France est peuplée de migrants et de leurs descendants. Il ne s’agit d’ailleurs pas de descendants de Gaulois, qui ne furent qu’un peuple parmi les envahisseurs de passage. Les Celtes ont traversé la France, quand les Grecs et peut-être les Phéniciens occupaient le littoral méditerranéen. Le fantasme nostalgique d’une France issue de la Gaule, qu’il n’a pas connue, d’un Éric Zemmour, avec le succès de son livre que l’on connaît, traduit surtout une névrose, associant peur du changement, ignorance et aveuglement. La France continentale européenne est une nation géographique, aux frontières majoritairement naturelles (mer et montagne) mais poreuses, placée au centre de l’Europe, elle a été le réceptacle de toutes les migrations d’Europe et du Sud, en particulier venues de pays qu’elle a d’abord envahis. La Bretagne, chère aux Le Pen, n’a jamais été colonisée par les Francs – alors ce ne sont pas de vrais Français ? -, mais par les Romains, pendant 500 ans, en dépit d’Astérix qui flatte notre imaginaire gaulois, puis au Sud par les Bretons venus en y important leur langue, du sud de l’Angleterre dont ils étaient chassés par les Saxons … Au nord, la France fut envahie par les Normands scandinaves. Comme le chantait Maurice Chevalier « Et tout ça, ça fait d’excellents Français », ni plus ni moins xénophobes que les autres ! Ceux qui plaident pour la mémoire devraient relire l’histoire… »

Quand on parle d’origine des humains, des gens croient qu’on touche à leur identité. Dès qu’on touche à l’identité, l’ego n’est pas loin, y compris sous la forme d’ego collectif. Sur ce terrain, l’ethnocentrisme est roi et tout le monde voudrait avoir la propriété exclusive des origines de la civilisation, voire de l’humanité ! Herder disait : « chaque vieille nation aime tant se considérer comme la première-née et prendre son pays pour le lieu de naissance de l’humanité ! ».

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.