On pense quoi de ceci à la N-Va, au VB, au CD&V, au Mr, au PP ??? Est-ce normal Mr Benjamin: de quoi faire une émission, … ?

pensions

2.000 « collabos » belges touchent une pension allemande  

Des volontaires auprès du régime du IIIe Reich  , …

LAURENCE PIRET
C’est le combat d’Alvin De Coninck : dénoncer le système qui permet encore à quelque 2.000 Belges ayant aidé l’Allemagne nazie durant la guerre 40-45, à bénéficier d’une pension de l’État allemand, et faire toute la lumière sur cette injustice. Ses recherches incessantes l’ont amené à faire une nouvelle découverte : les années de détention des collaborateurs belges ont été comptabilisées par l’Allemagne dans ce calcul de pension militaire.   
Combien sont-ils exactement ? Impossible de le dire avec précision. « L’état allemand refuse de communiquer sur le nombre exact de ces personnes qui bénéficient de ces pensions dites « militaires », alors que le nombre de pensions versées aux civils, lui, est public », explique Alvin De Coninck. Ce fils de résistant, installé à Hoegaarden, a fait du travail de mémoire un combat. Il vient d’ailleurs de terminer une exposition sur le travail forcé, et publie régulièrement le fruit de ses recherches.
Des recherches qui l’ont notamment amené à découvrir que « l’Allemagne a tenu compte des années de détention purgées par les collaborateurs, à la fin du conflit, pour calculer leur pension ». « En général, ceux qui ont aidé le régime nazi en Belgique ont fait sept, huit années de prison. Et pour l’État allemand, ces années ont été considérées comme étant « au service de l’Allemagne » et donc, reprises dans le calcul de leur pension », souligne Alvin.
L’ALLEMAGNE TRèS DISCRèTE
Durant la Seconde Guerre mondiale, on a estimé que la Belgique a compté quelque 38.000 collaborateurs auprès régime nazi : 13.000 venaient de Wallonie, et 25.000 de Flandre. « En 2012, j’avais réussi à déterminer qu’environ 2.500 Belges touchaient donc une pension versée par l’Allemagne, pour le travail qu’ils avaient effectué durant ces années de guerre, pour le III e Reich. Ce chiffre reprenait aussi les veufs et veuves de ces personnes. Évidemment, depuis, certains sont décédés et ce nombre a diminué mais ils doivent encore être environ 2.000 ».
Et si Alvin veut à tout prix faire la lumière sur ce système de pensions militaires allemandes, versées chez nous, il fait face à un problème de taille : « L’Allemagne ne communique pas sur ce sujet. C’est délicat pour eux. Au sein de l’Europe, d’autres États membres leur demandent régulièrement de donner des chiffres sur ces pensions, versées à des Belges mais aussi dans d’autres pays. Mais on n’obtient rien ». Un élément d’autant plus délicat que les montants versés seraient plus importants, pour ces pensionnés militaires, que ceux versés aux victimes du régime nazi.
L’Allemagne juge actuellement Reinhold Hanning, 94 ans, l’un des derniers gardiens du camp d’extermination d’Auschwitz considéré comme l’un des derniers acteurs encore en vie de l’Allemagne nazie. Mais elle pourrait aussi se pencher sur ces collaborateurs au rôle trouble, et qui dépendent de son système financier.

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.