BELGIQUE « démocratique » et européiste en mal de national-socialisme: à quoi peut servir aujourd’hui un bourgmestre « socialiste » ? À « droner » la population jusque dans ses jardins, la ficher, la moucharder, surveiller les manifs intempestives et contestataires, jouer au shérif dans les rues, filmer e ficher, les gens, chasser les sorcières, dénicher les « terroristes » jusque dans vos caves, sous prétexte de recherches, d’ économies. L’ exemple de SERAING que l’ on appelait naguère « La Rouge », …

BELGIQUE « démocratique » et européiste en mal de national-socialisme: à quoi peut servir aujourd’hui un bourgmestre « socialiste » ? À « droner » la population jusque dans ses jardins, la ficher, la moucharder, surveiller les manifs intempestives et contestataires, jouer au shérif dans les rues, filmer e ficher, les gens, chasser les sorcières, dénicher les « terroristes » jusque dans vos caves, sous prétexte de recherches, d’ économies. L’ exemple de SERAING que l’ on appelait naguère « La Rouge », …

SÉCURITÉ

La police de Seraing-Neupré se dote d’un drone: «C’est moins cher qu’un hélico»

  • Le fil d’actu – Aujourd’hui 13h16 – Benjamin HERMANN – L’Avenir

<!–

–>La zone de police de Seraing-Neupré sera la première en Belgique à faire l’acquisition d’un drone, qui lui donnera quelques coups de main lors de situations critiques. Manifs, accidents, incendies: voici à quoi peut servir un drone.

C’est un outil d’un genre nouveau qui va faire son apparition dans la zone de police de Seraing-Neupré, en région liégeoise. Moyennant l’approbation du conseil de police qui se tient ce lundi soir, la zone s’apprête à acquérir un drone. Il devrait faire son apparition d’ici la fin du printemps.

«Les fonctionnalités sont assez similaires à celle d’un hélicoptère. Mais c’est bien moins cher… et on peut le mobiliser plus rapidement», glisse le bourgmestre de Seraing Alain Mathot (PS). De fait, si l’investissement pour un premier appareil et la formation de quatre agents s’élève à 5 000 euros. Si la police fédérale s’est déjà équipée de quelques drones, il s’agit d’une première belge pour une zone de police, assure-t-on à Seraing-Neupré. Si l’outil s’avère utile, d’autres appareils pourraient compléter l’équipement à l’avenir.

Protection de la vie privée

La police de Seraing-Neupré se dote d’un drone: «C’est moins cher qu’un hélico» Alain Mathot (PS), bourgmestre de Seraing et président de la zone de police.-EdA Hermann La zone de police cherche donc à s’inscrire dans son époque, les drones étant devenus incontournables au rayon des joujoux technologiques. L’objectif de cette acquisition ne consiste pas à s’équiper d’un gadget. «Un drone peut s’avérer très intéressant comme appui opérationnel, dans certains situations», explique le chef de zone, Yves Hendrix.

L’objectif de la police locale ne consiste assurément pas à observer les Sérésiens et les Neupréens dans leur intimité. (Oh, non, bien sûr !). «L’utilisation du drone s’effectuera dans un cadre très précis et certainement pas parce qu’un policier en a simplement envie. La loi sur la protection de la vie privée est évidemment d’application. (?????, comme dans tout le reste et tous les autres domaines !). Le drone sera utilisé sur la voie publique», (et surtout dans les airs!!!) rassure Yves Hendrix.

À quoi peut servir un drone?

C’est donc dans le cadre d’interventions toutes particulières que le drone entrera en action. «Parfois, rien ne vaut une vue aérienne. C’est d’ailleurs pour cela que la police fédérale utilise des hélicoptères», considère Alain Mathot. «Avec une vue aérienne, vous pouvez directement diriger les policiers au bon endroit, visualiser une scène d’accident, détecter une zone dangereuse, etc.»

Voici plusieurs cas de figure lors desquels le drone pourrait s’avérer utile:

– Des rassemblements ou manifestations: le drone peut survoler la foule, observer la foule, détecter d’éventuels mouvements de foule ou localiser un problème et envoyer les policiers directement au bon endroit;

– Un incendie ou un sinistre majeur: quatre sites classés Seveso se trouvent sur le territoire de Seraing, dont le site «Chimac Agriphar» à Ougrée. Avec une vue d’ensemble en cas d’incendie, par exemple, l’intervention de la police et des services de secours peut s’effectuer plus efficacement;

– Un accident ou des perturbations sur la route: à nouveau, une vue aérienne permet de visualiser, dresser rapidement un constat et intervenir directement au bon endroit en cas d’accident, d’embouteillage, etc.

– Une personne disparue: Seraing et Neupré possèdent de nombreuses zones boisées. L’intervention d’un drone peut faciliter les recherches.

La police de Seraing-Neupré se dote d’un drone: «C’est moins cher qu’un hélico» La zone de police

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.