«UN DIRECTEUR S’APPELAIT Mr  EGA :NOUS AVONS CRIE: « EGA – LISATION » QUA3 X 8 heures

UN PRINCIPE UNIVERSEL
(1)
Il y a quelque temps, le docteur VANDEPAER de « Médecine pour le Peuple  – Herstal » m’expliquait que le combat des femmes de la FN en 1966 dépassait de loin le cadre d’une revendication salariale , bien sûr des plus importantes et des plus justifiées , mais faisait partie du « patrimoine de l’humanité »
Sa remarque , lourde de sens, vaut d’être méditée.
Le combat pour l’égalité des femmes et des hommes…
Pour les patrons, l’égalité, fût elle proclamée par la Révolution Française et par toutes les déclarations aussi universelles soient elles, était – et est toujours – un mot creux ;
ils ont au contraire besoin , pour accumuler les profits, de toujours plus de main d’ oeuvre à bon marché et donc de multiplier les divisions et les inégalités , entre hommes et femmes bien sûr, entre belges et immigrés ou réfugiés, entre CDI et intérimaires, entre jeunes et vieux ,entre temps plein et temps partiel, entre statutaires et contractuels, entre contrat ci ou contrat ça , entre commission paritaire XYZ ou ZYX, entre ouvrier(ère)s de Flandre, de Wallonie ou… de Roumanie et du Maroc etc. etc.

ND , EN 1966, LES OUVRIERES DE LA FN – HERSTAL ALLUMERENT LE FEU DU COMBAT POUR L’EGALITE ( I) .

Pour eux le salaire sera toujours inégal, et ils manipuleront les dossiers pour tenter de rendre impossible d’établir ce qu’est vraiment un  travail « égal »…

Ils aiment bien , les patrons , leur presse et leurs porte parole claironner le droit à l’égalité des hommes et des femmes dans le monde entier, mais leur vertueuse indignation s’arrête aux portes de nos blanchisseries , de nos grandes surfaces , des bureaux d’ embauche, et des bureaux de chômage.
L’égalité , principe proclamé il y a plus de 200 ans , par la Révolution Française, mais toujours renié depuis par les institutions et les gouvernements de la bourgeoisie, ce sont donc ces femmes ouvrières, en février 1966, à Herstal, qui en ont relevé le drapeau, abandonné dans les fonds de tiroirs poussiéreux de multiples commissions d’étude.
Leur mot d’ordre « A travail égal, salaire égal » est universel, du moins tant qu’ existera le salariat.
Il concerne les femmes par rapport aux hommes, mais aussi toutes les victimes des discriminations salariales au travail.
C’est d’abord pour cette raison, parce qu’elles se sont battues pour un principe universel, ce grand principe de l’égalité de la femme et de l’homme , valeur portée par la gauche , que je pense que nous devons rendre hommage aux femmes en colère de 1966.
UN COMBAT OUVRIER DE GAUCHE : ACTION, DEMOCRATIE, SOLIDARITE
C’est ensuite pour l’exemple exceptionnel de combat ouvrier , un combat clairement marqué à gauche.
  • D’abord ce combat s’est mené par la lutte , dans la rue, et c’est la rue et la grève qui ont imposé le rapport de force au patronat. Débat toujours, ô combien actuel  d’ailleurs: est ce la rue qui prime sur la concertation ou le contraire ?
17 février:derrière Germaine,  en marche vers « LA RUCHE »

Faut il reprendre le travail pour négocier ou continuer la grève en négociant , fort du rapport de force
ainsi créé ? Les ouvrières de 1966 ont clairement choisi la 2ème solution, malgré toutes les pressions, dés le 1er jour, pour les renvoyer à leurs machines .

  • « COMBAT n° 12 1966 »

    Ensuite, leur combat est monté de la base et fut très largement démocratique ; peu de mouvements sociaux en Belgique ont montré une telle mobilisation massive, dans une si longue durée, une telle participation aux assemblées, et aux manifestations , une telle unanimité.

    Elles ont refusé d’être bâillonnées par des « accords de paix sociale » et par des règles de bonne conduite ( dépôt de préavis, concertation préalable) : elles sont parties en grève spontanée – « sauvage » dit on pour effrayer le bon peuple- et ont dû attendre 5 jours pour être reconnues comme grévistes par leur syndicat, qu’elles ont entraîné derrière elles.

Combien de grèves n’ont elles pas été vécues comme uniquement affaire de militants dévoués qui tiennent les piquets ,la grande masse restant à la maison.  ?
ASSEMBLEE  A  » LA RUCHE » – (sur une bache à HERSTAL 02/2016)

Combien de manifestations n’ont elles pas été de tranquilles promenades entre deux aller et retour en car  ?

Pour les femmes de la FN , des ACEC , de SCHREDER et toutes les autres ce ne pouvait être le cas : la grève devait être active, les manifestations combatives, avec mots d’ordre et chansons, les assemblées massives, les décisions démocratiques et collectives (toujours à main levée, sauf …pour la reprise du travail).
  • Enfin ce combat s’ est mené dans la solidarité , avec les femmes des autre usines soumises aux mêmes discriminations – Schreder, ACEC , Jaspar etc – malgré les pressions continues pour éviter tout élargissement du mouvement, malgré la condamnation publique dans leur propre camp (2) des actions menées vers la grande usine soeur (1600 ouvrières) des ACEC de Charleroi .
14 mars: appel du comité d’action des ouvrières de la FN aux travailleuses liégeoises
  • Solidarité aussi de tous les travailleurs de tout le pays, et des pays voisins, par les collectes, les motions , les délégations aussi bien FGTB que CSC , la solidarité des commerçants, de Herstal, des coopératives – sans oublier bien sur les ouvriers de la FN eux mêmes.
C’est pour avoir fait vivre ces principes de gauche du combat ouvrier, l’action, la démocratie et la solidarité, toujours actuels aujourd’hui, pour avoir démontré que c’était ainsi qu’il était possible de gagner, que – je pense – nous devons dire merci à ces magnifiques grévistes de 1966, à leur comité de grève et avant tout à ces courageuses femmes des Comités d’Action , groupées derrière la communiste Germaine Martens, qui ont agi en lanceuses d’alerte, entraînant dans l’action la grande masse , imposant le tempo démocratique de la base à leurs organisations , organisant l’élargissement du mouvement.
  • Solidarité aussi des femmes , syndicalistes , intellectuelles, étudiantes, juristes, professeurs, journalistes , militantes politiques, toutes ces  féministes – (et les hommes solidaires) – désireuses de se battre pour un principe universel : l’égalité  des femmes et des hommes, et qui soudain voyaient éclater sous leurs yeux , souvent ébahis, la dure réalité de la discrimination des femmes au travail.
Ca existait donc, il y a à peine 50 ans, de ne pas même avoir de douches pour se laver de toute l’huile et la crasse de 8h de machines – «tu peux aller chercher un seau d’eau chaude, mais il faut rattraper le temps perdu . Et les toilettes sont toujours aussi sales ; la faïence des chiottes est partie ; elles datent sûrement de 1900»  !
Et en 1975, rien n’avait changé!
Ces femmes, notre « moitié du ciel » ,méprisées , humiliées au travail ,
traitées comme des sous m…. !
Alors que quelques années plus tôt, moi, à mon athénée en région bruxelloise, après un match de basket de 30 minutes, nous avions filles ou garçons, des douches bien chaudes et des toilettes bien propres à notre disposition !
Le patronat leur reprochait leur « absentéisme », mais personne jusqu’alors ne s’était inquiété de structures d’accueil pour leurs jeunes enfants, dont forcément les femmes devaient seules avoir la charge en cas de problème de garde.
Déjà pas de douches, alors des crèches ? des salles d’allaitement  tant que vous y êtes  ! Ca ne va pas la tête ???
LES FEMMES  MACHINE de LA FN
Je devais avoir les mêmes yeux ébahis il y a quelques jours quand une camarade m’a décrit les conditions de travail dans une blanchisserie industrielle du XXIème siècle , quelque part en Wallonie : contrats précaires , salaires de misère, rythmes infernaux : malgré tous les beaux discours, les discriminations sont là, plus que jamais.

MARIANNE organisation des femmes du PTB  (Photo Solidaire, Martine Raeymaekers)

(1) Mr EGA était   membre important de la direction de la FN. A ce titre il faisait partie de la délégation patronale aux négociations, aux côtés du DG  Drechsel  . voir  Gubbels – « De vrouwenstaking » CERSE 1966 p 53

(2)A la 7ème assemblée du 28 mars, Guillaume Barbe -secrétaire général adjoint  de la centrale des Métallurgistes FGTB Liège,  désapprouve publiquement l’action des ouvrières de la FN qui se sont rendues aux ACEC de Charleroi ( MT COENEN -« La grève des femmes de la FN… » p142)

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.