La Lettre de la FTCR (Mars 2016/2) …

La Lettre de la FTCR (Mars 2016/2)  
 
 
Bruxelles
Éditos IMMIGRATION 
L’horreur a de nouveau frappé et cette fois au cœur de la Belgique et de l’UE. Après Paris, Tunis, Ben-guerdane, Istanbul, Bamako, Bagdad, la Côte d’Ivoire, le Yémen, Lahore … le terrorisme montre qu’il n’a vraiment pas de frontières et ne s’embarrasse d’ailleurs ni de la nationalité ni de l’origine de ses victimes. Mais loin d’être un phénomène confiné à la seule Europe ce qui l’importe c’est de mettre en application ce qu’il appelle la « gestion de la sauvagerie ». Faut-il, à cette sauvagerie, répondre, comme le font certains gouvernements, par le seul discours sécuritaire et le slogan « Nous sommes en guerre » ? En guerre contre qui, comment et dans quels buts ? Les mots ont leur importance et peuvent, si l’on n’y prend garde, nous entraîner dans les pires des situations. Surtout que les pompiers-pyromanes – comme les alliances douteuses – sont nombreux. C’est, pour mémoire, ce genre de posture et de discours utilisés par G.W.Bush et l’administration américaine qui nous ont conduit à la situation actuelle. Les associations de l’immigration (en Belgique comme en France) n’ont d’ailleurs pas manqué de pointer du doigt, et ce depuis fort longtemps, ces ambigüités des gouvernants tout en exprimant leur entière solidarité avec les victimes du terrorisme.
 

Et pendant ce temps ce sont les réfugiés (hommes, femmes et enfants) qui payent le prix cher. Non seulement parce qu’ils fuient autant les violences et exactions des groupes terroristes que les bombardements aveugles des diverses « coalitions » au nom de la « guerre contre le terrorisme » mais voilà qu’ils subissent une triple peine quand on voit le sort qui leur est réservé en Europe.

Car l’Europe a préféré s’engager dans un lamentable « troc de la honte » avec la Turquie quitte à fermer les yeux, au passage, sur la dérive autoritaire du pouvoir d’Erdogan. Un troc  « qui permet surtout à l’Union de repousser les réfugiés hors de ses frontières et de sous-traiter ses obligations à la Turquie » en transformant du même coup la Grèce – déjà fortement soumise au diktat financier – en gardienne des frontières extérieures de l’Europe. C’est là une manière pour le moins indigne, de la part de l’UE, de se défausser de ses responsabilités et surtout de ses obligations en matière d’accueil des réfugiés et des demandeurs d’asile.

La France n’est pas en reste dans ce qu’il faut bien qualifier de dérive quasi protectionniste où chacun cherche avant tout à caresser dans le sens du poil le nationalisme rampant dans son pays. C’est bien sûr dans l’air du temps (avec ce qui se passe aux Etats-Unis comme en Europe) et où les « étrangers » en général  sont, pour le coup, les boucs-émissaires tout désignés.

 
Et parmi ces « étrangers », il y a évidemment ceux que l’on pourchasse à Calais pour les empêcher de traverser la Manche puisque la France accepte de jouer, à son tour et contre financement par la GB, le rôle de gardes-frontières avancées pour ce pays comme le stipulent les accorts du Touquet signés en 2003. Il y a bien sur aussi sur tous ceux qui subissent les innombrables tracasseries administratives dans les guichets des préfectures. Et il y a les … binationaux qui sont, d’une certaine manière, rappelés à leur « étrangeté » avec toute cette histoire de déchéance de nationalité qui a finalement et comme on pouvait s’en douter fait long feu. POUR AUTANT, LE MAL EST MALHEUREUSEMENT FAIT !
 
L’art et la culture sont heureusement au rendez-vous avec entre autres le 11ème panorama des cinémas du Maghreb.
 
TUNISIE 
 
Société
 La Tunisie n’en a certes pas terminé avec le terrorisme, loin de là. Une offensive tout azimut des forces de sécurité suite à l’attaque contre Ben-guerdanne a d’ores et déjà donné lieu à de nombreuses arrestations et la découverte de nombreuses caches d’armes. C’est dire l’ampleur et la gravité du problème.  D’où la nécessité d’une stratégie à la mesure du danger. Un compte a d’ailleurs été ouvert pour que les Tunisiens puissent contribuer au financement du Fonds contre le terrorisme.
 
Mais cette urgence n’empêche pas (et ne doit pas être le prétexte pour empêcher) l’action et l’engagement de la société civile pour avancer en matière de libertés. Et les questions sociétales sont au cœur de cet engagement. Et l’une d’elles concerne la lutte contre les discriminations raciales. Ainsi une proposition de loi contre le racisme et les discriminations vient d’être lancée par plusieurs organisations en Tunisie (le FTDES, le Réseau EuroMed Droits et le CRLDHT) à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. Et surtout, il faut le souligner, le racisme anti-noir. Encore faut-il que cette proposition trouve un prolongement politique auprès des parlementaires et de l’Etat. Encore faut-il aussi que cette question sociétale soit relayée dans les médias tunisiens lesquels, pour l’instant, semblent plutôt l’ignorer magistralement. Or sur une question aussi sensible la bataille de l’opinion est essentielle et indispensable. D’autant que cette question est en train de prendre, et c’est tant mieux, une dimension maghrébine avec le lancement de la campagne « Ni Oussif Ni 3azi Baraka et Yezzi ».
 
Mars est aussi le mois anniversaire de la déclaration d’indépendance (le 26 mars 1956) et le 60ème en cette année 2016. Et un curieux débat fait actuellement polémique en Tunisie. Une polémique sur les symboles et à propos du rôle de Bourguiba dans l’histoire du pays et dans la modernité. Important certes car la société tunisienne a été particulièrement bousculée par la fracture idéologique qui est apparue au grand jour après la révolution. Et certains estiment que le bourguibisme constitue le véritable et seul barrage à tous ceux qui veulent imposer un autre modèle de société, sous-entendu les partisans de l’islam politique. Réflexion certes importante car elle permet de rappeler l’histoire et le processus d’émancipation et de modernisation du pays entamé il y a de cela deux siècles et dans lequel aussi bien les réformistes destouriens que les progressistes et surtout le mouvement syndical y ont joué un rôle essentiel. Mais cette polémique cache mal qu’elle sert aussi, aujourd’hui, d’instrumentalisation et de marchepied à tous les nostalgiques qui rêvent d’une restauration voire d’une contre-révolution rampante. Comme si la révolution et ses aspirations n’avaient pas été également et surtout une critique implicite du système de gouvernance et d’une dérive inaugurés par Bourguiba et qui ont donné naissance à un avatar : Ben-Ali.
 
Cependant le pays espère et attend que démarre le vrai chantier économique et social. Le débat national sur l’emploi et la lutte contre le chômage va-t-il ouvrir la voie à de vraies perspectives qui sortiront le pays de la spirale de l’endettement extérieur ?
 
M.D.

 

Abandon de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance (Communiqué du collectif “Stop état d’urgence” Abandon de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance, Tant mieux pour nos libertés !

 

Action collective Migreurop – AEDH Accord Union européenne – Turquie : Externaliser pour mettre fin au droit d’asile Accord Union européenne – Turquie : Externaliser pour mettre fin au droit d’asile

Gisti : L’accord UE-Turquie, la double honte  L’accord UE-Turquie, la double honte

Hommage aux victimes de Bruxelles (Communiqué de la FTCR) Résistons face aux fascistes djihadistes takfiristes – pour un front uni anti-fasciste

Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie Communiqué de presse :Solidarité avec le peuple belge Comité de Vigilance pour la Démocratie en TunisieCommuniqué de presse :Solidarité avec le peuple belge

تضامننا مع الشعب البلجيكي Communiqué de solidarité avec le peuple belge (Le Comité de Suivi du Forum Social Maghreb) تضامننا مع الشعب البلجيكي Communiqué de solidarité avec le peuple belge (Le Comité de Suivi du Forum Social Maghreb)

 

Oui, une réforme du code du travail s’impose : en finir avec le régime de l’« autorisation de travail », discriminatoire à l’égard des étrangers  Oui, une réforme du code du travail s’impose : en finir avec le régime de l’« autorisation de travail », discriminatoire à l’égard des étrangers

 

Préfectures : À guichets fermés : La Cimade dénonce La Cimade dénonce dans un nouveau rapport la mise à distance des personnes étrangères des guichets des préfectures

 

3e édition du Printemps de la Mémoire : Du 8 mars au 16 avril 2016 8 mars : Lancement de la 3e édition du Printemps de la Mémoire

 

Tunisie – Fonds de lutte contre le terrorisme : La Poste tunisienne rappelle et précise La Poste tunisienne porte à la connaissance du public, en particulier les Tunisiens résidents à l’étranger (TRE), que les contributions pour le financement du « Fonds de lutte contre le terrorisme » sont possibles en ligne via le site de la Poste Tunisienne http://www.poste.tn et aussi via Mobile pour les abonnées « MobiPoste »

 

Le 31 mars 2016 : Séminaire « L’union fait-elle la force face à l’autoritarisme ? Regards critiques sur le mouvement tunisien du 18 octobre 2005 » séminaire organisé par le CERI Sciences et EHESS

 

Conférence de presse le 21 mars à Tunis : De la nécessité d’une loi contre le racisme et les discriminations Conférence de presse : A l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

 

Campagne maghrébine contre les discriminations raciale : ما وصيف ما عزي باراكا و يزّي Ni Oussif Ni 3azi Baraka et Yezzi » ما وصيف ما عزي باراكا و يزّي Ni Oussif Ni 3azi Baraka et Yezzi

 

إئتلاف منظمات المجتمع المدني لدعم ملف جرحى الثورة  بيان

إئتلاف منظمات المجتمع المدني لدعم ملف جرحى الثورة
 

Tunisie : Des hommes poursuivis en justice pour homosexualité. Des abus ont été commis pendant la garde à vue et en prison : Recommandations de Human Rights Watch Tunisie : Des hommes poursuivis en justice pour homosexualité. Des abus ont été commis pendant la garde à vue et en prison : Recommandations de Human Rights Watch

 

« Espace Tamkin » à Tunis : un centre d’hébergement et d’accueil pour les femmes victimes de violence (AFTURD)

 

11ème panorama des cinémas du Maghreb du 29 mars au 17 avril FRANCE — 11ème PANORAMA DES CINÉMAS DU MAGHREB DU 29 MARS AU 17 AVRIL

 

Vient de paraître : « Religion et démocratie en Méditerranée » (sous la direction de Mohamed Chérif Ferjani) L’avènement de la démocratie a remis en question la conception commune à toutes les traditions religieuses où l’ordre politique « juste » et « légitime » doit être l’incarnation d’un ordre supérieur selon la volonté de(s) Dieu(x)

 

A écouter : Une chanson de Mohamed Bhar « La fierté du sang » خـلـفُــونا أحْرار وصْناديد A écouter : Une chanson de Mohamed Bhar « La fierté du sang » خـلـفُــونا أحْرار وصْناديد

 
Vous pourrez trouver la « Lettre de la FTCR » sur notre site : La-« Lettre »
 
 

liste de diffusion de la Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)  – 23 rue du Maroc 75019 Paris (métro Stalingrad) – tél : 01 40 34 18 15 – mail : contact@citoyensdesdeuxrives.eu

Publicités

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.