La démission du ministre Furlan était nécessaire, mais c’est le système en place qu’il faut changer

Image RTBF

La démission du ministre Furlan était nécessaire, mais c’est le système en place qu’il faut changer

26 Janvier 2017
auteur:

Rédaction en ligne

« Après l’annonce de la démission du ministre Furlan, le gouvernement doit agir en conséquence et approuver la demande de l’opposition de lancer dans l’urgence une commission d’enquête parlementaire sur Publifin », estime Frédéric Gillot, député wallon du PTB.

Pour le député régional, « la démission du ministre Furlan était nécessaire, mais c’est tout le système en place qu’il faut changer ». En effet, Publifin n’est pas un accident. Les informations qui ressortent depuis plusieurs semaines montrent que c’est le résultat d’une façon de faire de la politique qui mélange une absence d’éthique et une vision libérale de la gestion des intercommunales qui permet à quelques individus de s’enrichir sur le dos collectivité. Il faut enquêter pour faire la lumière sur toutes les anomalies du dossier Publifin/Nethys et aller jusqu’au bout de l’analyse de ces mécanismes pour éviter qu’à l’avenir, le bien public des citoyens ne soit géré de cette façon. « Cette commission devra aboutir à des nouvelles règles qui vont renforcer le caractère public de nos intercommunales, interdire la privatisation de ces secteurs et garantir une gestion éthique et un contrôle démocratique », avance Frédéric Gillot.

« C’est pourquoi nous demandons l’instauration immédiate d’un cadastre des mandats et des rémunérations », explique le député régional du PTB. Cette mesure doit être prise dans l’urgence et avec effet immédiat. Nous réclamons aussi un cadastre du patrimoine des mandataires, afin de connaître le patrimoine de chaque élu.

Le PTB réclame aussi la diminution du plafond des rémunérations des mandataires qui est fixé par le code de démocratie locale à 180 000 euros. « Les mandataires qui touchent de telles sommes sont complètement déconnectés de la réalité et il faut le revoir à la baisse », explique Frédéric Gillot. Au PTB, les salaires vivent avec un salaire moyen, car nous estimons que celui qui ne vit pas comme il pense finit par penser comme il vit. Le gouvernement doit dès maintenant décréter la diminution du plafond pour tous les mandataires. Le PTB demande que dorénavant, le plafond maximal pour les mandataires soit d’un maximum trois fois le salaire moyen.

Et Frédéric Gillot de rajouter : « Nous réclamons aussi plus de contrôle sur nos intercommunales avec le droit de regard des consommateurs et des organisations syndicales dans les CA et dans les comités de direction ».

Le PTB plaide aussi « pour que toutes les sociétés anonymes qui découlent de l’intérêt communal et public redeviennent des sociétés publiques ». Pour Frédéric Gillot, « la privatisation du service public est néfaste pour les services rendus à la population. Chaque fois qu’on libéralise un secteur ou qu’on privatise une société publique comme une intercommunale, c’est moins de moyens pour les services, plus de pression sur les travailleurs et une augmentation des prix pour les citoyens ».

Publicités

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.