BELGIQUE: Comment se comporter pendant une question parlementaire de Raoul Hedebouw

SAUTE D’HUMEUR

Comment se comporter pendant une question parlementaire de Raoul Hedebouw?

Au Parlement fédéral, le «Raoul Hedebouw show» crée parfois le buzz. Les parlementaires qui sont dans l’image doivent faire très attention à leur attitude pendant le spectacle.–

Avec ses interventions bilingues et rentre-dedans, le député PTB Raoul Hedebouw fait régulièrement des cartons sur les réseaux sociaux, ses vidéos étant visionnées des milliers de fois. Pour les députés ou ministre qui sont dans le champ de la caméra, il s’agit de ne pas se louper…

Régulièrement, Raoul Hedebouw déboule sur le net, avec ses questions parlementaires souvent cash et culottées, assénées moitié en français, moitié dans un néerlandais qu’il semble très bien maîtriser.

Pas toujours de «buzz» de l’arrivée, mais des vidéos qui circulent pas mal sur les réseaux sociaux, propulsées méthodiquement par les services de com’ du PTB.

Publicité

Par exemple, il y a trois jours, le tribun s’en prenait fort logiquement aux «profiteurs du Parlement», énumérant de façon sarcastique et sans mettre de gants tous les scandales en cours (Publifin, Publipart…) et attaquant notamment de front les euros perçus chez Telenet par le président de la Chambre lui-même, le N-VA Siegfried Bracke.

Pour les parlementaires qui se trouvent dans le champ de la caméra, mieux vaut pendant l’intervention faire attention à la façon dont on se comporte.

Prenons Laurette Onkelinx, la chef de file du PS au Parlement, par exemple, qui est presque systématiquement à l’arrière-plan dans le cadre de l’image.

Imaginons qu’elle se laisse aller à sourire, voire à pouffer de rire lors des saillies parfois irrésistibles de l’orateur. C’est sûr, instantanément son président de parti va l’appeler sur un ton irrité: « m’enfin Laurette, on te voit te tordre de rire pendant le Hedebauw show, bravo de contribuer au succès de sa vidéo! Et merci de contribuer à accroître encore la popularité du PTB, qui, je te le rappelle, nous talonne dans les sondages».

Imaginons à l’inverse qu’elle laisse apparaître une sorte d’ennui, qu’elle semble lutter contre le sommeil, qu’elle papote, baille, soupire, rédige des SMS ou lise le journal. Et dans ce cas, c’est aussi la cata et à nouveau coup de fil du président: « Laurette, bravo! En donnant ostensiblement l’impression que tu te fous complètement de ce que raconte Hedebouw, toi une femme de gauche en prime, tu confortes le sentiment de plus en plus répandu dans la population de ce que le Parlement est une caste d’élus grassement payés, coupés du monde réel et incapables d’entendre les critiques. Et c’est vraiment tout ce dont on a besoin pour l’instant au PS ».

Le problème est le même pour le président de la Chambre: on l’aperçoit à l’avant-plan, qui tente de conserver une posture digne et neutre, sans trop manifester d’émotion face aux coups de boutoir que lui adresse le député frondeur.

« Ne pas en rire, ne pas le snober, ne pas sembler outré… Mission impassible? »

Quant au Premier ministre Charles Michel, parfois dans l’image, on le voit ruminer sa réponse les yeux dans le vague, avec des allures de grand ado qui se fait sermonner et qui tire la tête en attendant que ce soit fini.

Je suis sûr que dans les différents partis circule une note: «comment se comporter pendant une question filmée du député Raoul Hedebouw au Parlement? ».

Ne surtout pas rire (même s’il asticote un ponte de la N-VA). Ne surtout pas le snober. Ne surtout pas sembler outré ou indigné (en bon provocateur, il n’attend que ça)

Tout le monde conclut sans doute la même chose: il faut faire semblant de rien.

Mission imp(o)assible, pourrait-on dire.

Advertisements

A propos Romain de Courcelles

militant communiste courcellois a/conseiller communal proche du PTB
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.