BELGIQUE: World Forum of Democracy – Lettre ouverte aux dputs fdraux

De : Cumuleo
Envoyé le :dimanche 5 novembre 2017 19:48

Forum of Democracy – Lettre ouverte aux députés fédéraux

Cette semaine se tiendra le Forum Mondial de la Démocratie organisé par le Conseil de l'Europe à Strasbourg.

World Forum of Democracy – Lettre ouverte aux députés fédéraux

Cette semaine se tiendra le Forum Mondial de la Démocratie organisé par le Conseil de l’Europe à Strasbourg.

J’ai le plaisir d’y faire une intervention à l’invitation du GRECO, l’organe anti-corruption du Conseil de l’Europe qui a pour mission d’améliorer la capacité des États membres à lutter contre la corruption.

Je me rendrai à ce Forum avec un sentiment mêlé d’enthousiasme et de dépit.

Enthousiasme, certainement, car on parlera de démocratie du 21e siècle, de participation citoyenne, de lutte contre la corruption, de la problématique de la montée du populisme, du rôle des médias,… Des thèmes qui me sont chers et qui entrent en résonnance avec l’action de Cumuleo.

Dépit, aussi, car la Belgique est un mouton noir en matière de lutte contre la corruption.

A ce sujet, voici le courrier que je viens d’envoyer aux députés fédéraux.

A Monsieur le Président et à Mesdames et Messieurs les députés de la Chambre des représentants.

La Belgique fait partie des tout premiers pays à avoir adhéré au GRECO, l’organe anti-corruption du Conseil de l’Europe. C’était en 1999.

Elle n’est malheureusement pas la première à appliquer ses recommandations.

En 2014, le GRECO a publié quinze recommandations concernant les moyens de lutte contre la corruption des parlementaires, des juges et des procureurs.

Huit de ces recommandations concernent spécifiquement la lutte contre la corruption des parlementaires.

Plus de trois ans après, combien de ces huit recommandations ont-elles été concrètement mises en oeuvre ?

La réponse tient en 6 lettres, AUCUNE.

100 % des huit recommandations faites à la Belgique n'ont pas été mises en oeuvre.

Extrait du 17e rapport d’activités du GRECO

C’est inacceptable !

A l’instar de l’Arménie et de la Macédoine, la Belgique n’a pas appliqué ces recommandations pourtant tellement pragmatiques, empreintes de bons sens et surtout provenant de spécialistes reconnus de la lutte contre la corruption.

C’est inacceptable, car il s’agit de lutter contre les risques de votre propre corruption.

C’est d’autant plus inacceptable, car il y a une instruction en cours concernant des soupçons de corruption d’un parlementaire (Kazakhgate).

La Belgique est actuellement sous le coup d’une procédure sur base de l’article 32 du GRECO pour son défaut d’application des recommandations. Le GRECO prépare d’ailleurs un nouveau rapport de conformité. Allez-vous, enfin, mettre concrètement en place ces recommandations ou allez-vous laisser notre pays être, une fois de plus, pointée du doigt pour ses manquements en matière de lutte contre la corruption ?

Autre constat effrayant : depuis l’affaire Agusta dans les années 80, les autorités belges semblent plus s’attaquer aux outils de lutte contre la corruption comme le Comité Supérieur de Contrôle, la Cellule de Jumet, l’OCDEFO,… qu’à la corruption elle-même. Et les organes qui subsistent survivent avec des moyens particulièrement limités qui réduisent fortement leur champ d’action.

Pour finir, le GRECO ouvre son 5e cycle de recommandations qui concerne, notamment, la prévention de la corruption et la promotion de l’intégrité au sein des gouvernements centraux. Je fais le voeu que cette thématique essentielle, retiendra votre pleine attention et que vous montrerez plus d’engagement dans l’application des recommandations, toujours judicieuses, du GRECO.

Christophe Van Gheluwe – Cumuleo
https://www.cumuleo.be/

Accéder au rapport du GRECO publié en août 2014 sur les moyens de lutte contre la corruption des parlementaires, des juges et des procureurs : https://rm.coe.int/16806c2c3e

Accéder au rapport de conformité du GRECO publié en janvier 2017 : https://rm.coe.int/16806ee292

Accéder au programme du World Forum of Democracy (8-10 novembre 2017) : https://www.coe.int/fr/web/world-forum-democracy/programme-2017

Cumuleo – Christophe Van Gheluwe – 0497.18.30.87

Publicités
Publié dans Actualités et politique

Le Gouvernement réactionnaire, monarchiste, clérical de Madrid restaure le franquisme en Espagne, …:

Le Gouvernement réactionnaire, monarchiste, clérical de Madrid restaure le franquisme en Espagne, …:

dissolution arbitraire d’ un Parlement élu démocratiquement à la sauce occidental qui ne leur convient pas, d’ un gouvernement régional légal, déchéance arbitraire d’ un Président et de ministres qui ont commis le "crime" de proposer l’ Indépendance de leur région et de vouloir consulter démocratiquement leurs administrés AVANT de décider, convocation de nouvelles élections sur mesure, sur commande, organisation de procès et arrestations politiques pour "crime" d’ indépendantisme, …

L’ Euro-tyrannie capitaliste, des banques, des multinationales et la plupart de ses parts "démocratiques" intégrés applaudissent ou font le gros dos évidemment, …

Hier, ces partis et l’ Europe approuvaient pourtant la séparation du Kosovo, l’ éclatement de l’ Urss, le démantèlement de la Yougoslavie, …

Répression policière ignoble, brutale et bestiale de manifestations d’ appui populaire en Catalogne, …

Quelle "Justice" à Madrid, en Espagne ??? Qu’ est-ce qui est légal dans ce pays ??? Et à quoi doit correspondre cette "légalité" ???

Publié dans Actualités et politique

ONDRAF: un scandale supplémentaire: Écolo, à son tour, pris dans le scandale, les mélasses, de la « bonne g ouvernance » (sic):

Fog Romain

ONDRAF: un scandale supplémentaire: Écolo, à son tour, pris dans le scandale, les mélasses, de la "bonne gouvernance" (sic):
son administrateur bruxellois Hugues Latteur (démissionnaire ou pas ???!!!) aurait perçu quelque 25.000 euros, pour assister à 1 seule réunion en 4 ans, … Il paraît qu’ il vient de rembourser ces jours-ci, après la révélation du scandale,… Pour être juste, je signale que des administrateurs PS et MR seraient aussi en cause, une fois de plus, …

Mais quel est donc le rôle et les devoirs du Conseil d’ administration de l’ Ondraf ???

Voici :

L’ONDRAF est soumis au contrôle d’une autorité de tutelle, composée des ministres fédéraux qui ont les Affaires économiques et l’Énergie dans leurs attributions. Un certain nombre de décisions sont obligatoirement soumises à l’approbation de l’autorité de tutelle, à laquelle l’ONDRAF rend compte de ses activités à intervalles réguliers.
L’organisme est administré par un conseil d’administration. Ce conseil d’administration est investi des pouvoirs les plus étendus concernant sa gestion. Ses membres sont choisis pour leurs compétences scientifiques ou professionnelles. Le conseil d’administration se fait conseiller par des comités consultatifs : le comité technique permanent et le comité d’audit financier.
L’ONDRAF est organisé selon un modèle fonctionnel qui garantit une mise en réseau efficace de toute l’information et de toutes les connaissances générées dans l’exercice de ses missions.

L’organisme est géré selon les règles de bonne gestion industrielle, financière et commerciale. Sa gestion quotidienne est confiée au directeur général, qui met en œuvre les décisions prises par le conseil d’administration. Pour l’exécution de ses missions, l’ONDRAF s’appuie sur une équipe de collaborateurs spécialisés dans la grande diversité des domaines couverts par la gestion des déchets radioactifs.
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
TUTELLE

En tant qu’ organisme public, l’ ONDRAF est tenu d’élaborer et de mener sa politique de gestion des déchets radioactifs de façon à servir au mieux l’intérêt général.
Il est soumis au contrôle d’une autorité de tutelle, composée des ministres fédéraux qui ont les Affaires économiques et l’Énergie dans leurs attributions. Ces fonctions sont actuellement exercées conjointement par Monsieur Kris Peeters, ministre de l’Économie et Madame Marie-Christine Marghem, ministre de l’ Énergie.
Conformément à la législation, l’ONDRAF soumet à l’approbation de son autorité de tutelle :

· le programme d’activités et le budget ;
· le rapport d’activités et les comptes annuels ;
· le statut et le cadre organique du personnel ;
· la désignation du directeur général et du directeur général adjoint ;
· le règlement d’ordre intérieur du conseil d’administration ;
· les contrats et actes administratifs engageant l’organisme.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

CONSEIL D’ADMINISTRATION

L’ONDRAF est administré par un conseil d’administration. Le conseil est composé d’un président, de deux vice-présidents et d’un maximum de onze autres membres, nommés pour un terme de six ans renouvelable et choisis pour leurs compétences scientifiques ou professionnelles dans les domaines concernés par les activités de l’ONDRAF.

La composition du conseil d’administration doit respecter la parité linguistique et comprendre un représentant de chaque gouvernement régional. Deux commissaires du gouvernement fédéral, un francophone et un néerlandophone, assistent aux réunions du conseil avec voix consultative et peuvent exercer un recours contre l’exécution des décisions qui y sont prises. Le directeur général et le directeur général adjoint de l’ONDRAF assistent aussi aux réunions avec voix consultative.

Le conseil d’administration est investi des pouvoirs les plus étendus concernant la gestion de l’ONDRAF. Il est notamment chargé d’approuver :

· le programme d’activités et le budget annuels ;
· le rapport d’activités et les comptes annuels ;
· le statut et le cadre organique du personnel ;
· la désignation du personnel de direction ;
· les contrats et actes administratifs engageant l’organisme.

Le conseil d’administration est également chargé de veiller à la qualité et à la fiabilité de l’information financière et représente l’organisme dans les actes judiciaires. Il est régulièrement informé par le directeur général de l’avancement des activités réalisées par l’organisme.

Le conseil s’appuie, pour prendre certaines de ses décisions, sur les rapports et évaluations présentés par la direction générale de l’organisme et sur les avis des comités consultatifs.

Président
Nele Roobrouck
Vice-présidents
Sam De Smedt
Nicolas De Coster – Région wallonne
Membres
Frank Demeyere
Saskia Opdebeeck
Luc Mabille
Michèle Oleo
NN
Vanessa Teixeira dos Santos
Caroline Van den Bergh
Cécilia Vermeulen
Jérémie Tojerow
Hugues Latteur – Région de Bruxelles Capitale
Kris Vreys – Région flamande
Commissaires du gouvernement
Pascal Vanderbecq
Sven Vaneycken
ONDRAF
Marc Demarche – Directeur général
Secrétaire
Valentine Vanhove
Mise à jour: 13 juin 2017

Mon avis personnel sur l’ affaire, qui tourné une fois de plus autour des rémunérations, traitements, de tous ces messieurs, élus ou non, qui sont chargés, ou qui se chargent, de gérer nos institutions publiques pour le "bien de tous", contre des appointements bien grassouillets, en cumul avec bien d’ autres ressources publiques et/ou personnelles ???

J’ ai siégé personnellement jusqu’ en 1994, en tant que conseiller communal à COURCELLES, en compagnie du camarade Georges GLINEUR, dans l’ opposition à la majorité "socialiste" ABSOLUE, qui régnait en maître, et n’ acceptait pas la présence du moindre représentant de l’ opposition dans les intercommunales en tant que délégué de notre Commune.

Georges GLINEUR et moi-même, nous avons toujours voulu savoir, sans y parvenir, être informé des traitements perçus par nos délégués communaux dans ces intercommunales: délégués, administrateurs, membres des conseils de direction, présidences, commissaires, etc,…

Nous nous sommes heurtés, donc avant 1988, à un véritable MUR, …

Nous sommes tout juste parvenus, lors d’ une séance du Conseil, à une décision de principe. Nous avions convenus que lors d’ une prochaine séance, ces gens révéleraient personnellement leur traitement, …

Un seul représentant de la commune de COURCELLES s’est exécuté, tout à son honneur: le PS Raymond SILENCE. Il était Président de l’ Intercommunale d’ assainissement de la Vallée du Piéton (5 communes concernées) et percevait 30.000 frs Belges/mois.

Nos exigences portaient évidemment sur le contrôle des tous les élus, de TOUS les partis, et de toutes les communes affiliées, …

C’ est ainsi par exemple que le Camarade Maurice MAGIS, conseiller communal communiste au sein du Conseil communal du Grand-Charleroi, fut désigné pendant 6 ans, comme administrateur au Palais des Beaux-Arts de Charleroi, ce qui était d’ ailleurs bien dans ses cordes….

Maurice MAGIS percevait pour cela 12.000 frsBelges/mois, qui étaient entièrement reversés à la trésorerie de la Fédération PCB de Charleroi, ce que je peux personnellement attester ayant été gestionnaire de la trésorerie fédérale. Maurie MAGIS disposait évidemment en retour d’ une compensation pour ses dépenses personnelles réelles en tant que mandataire communal et aux Beaux Arts: l’ exercice d’ un mandat entraîne évidemment de telles dépenses, …

Tous ces rappels pour aboutir au fait que personnellement j’ estime, à la lumière de tout ce qui se révèle aujourd’hui, que tous ces gens devraient bénéficier, non plus d’ un traitement, mais d’ un simple jeton de présence, comme c’ est le cas pour les simples conseiller communaux: on est présent lors d’ une séance, ou en commission, on perçoit du fric en compensation pour les dépenses réelles, le temps consacré, un niveau de responsabilité, …

On n’ est pas présent, on ne perçoit RIEN, point c’ est tout !

Mais, il est vrai, que cela pose un petit problème pour tous ces messieurs qui pourraient considérer leur avenir, en tant que carriériste cumulard à vie: un jeton de présence, ne donne pas droit à une pension, un traitement oui, car il est mis sur le même pied qu’ une profession, … C’ est ce qui fait qu’ aujourd’ hui, lorsque vous demandez à ces gens qu’ elle est leur profession, certains vous répondront "bourgmestre", "député", "parlementaire européen", probablement "ministre", … C’ était le cas d’ un certain Guy COEME, qui prétendait d’ ailleurs "être né pour servir les gens", c’ était sa "vocation", avant l’ affaire des hélicoptères de combat Agusta, …

Remarques pour ce qui concerne l’ Ondraf lui-même, son fonctionnement, l’ évacuation et la surveillance des déchets nucléaires: d’ abord une baudruche dure à dégonfler: on nous prétend depuis des dizaines d’ années que l’ énergie nucléaire serait la moins chère à produire,… C’ est vrai à court terme, mais c’ est faux à long terme. En effet, aucune autre énergie ne produit des déchets aussi dangereux, aussi chères à évacuer, à surveiller, … Certains éléments seraient effectivement radioactifs pendant 50.000 ans, … On imagine la "surveillance" et les milliards de dépenses, … Quant à l’ Ondraf, on imagine aussi la prudence et le sérieux de cet organisme, dirigé par un Conseil d’ administration (de "compétents") où ses dirigeant grassement rémunérés se réunissent rarement, ou sont présents aux réunions… 25.000 euros pour une seule réunion en 4 ans ! En fait, une espèce de corps, sans tête. Aucune autre institution publique ne doit rémunérer ses chômeurs à un tel tarif dans notre pays (???).

RoRo

Publié dans Actualités et politique

Prenez Un rendez-vous chez ERASME ???

https://i1.wp.com/static.skynetblogs.be/media/1350/1395182146.png

Prenez Un rendez-vous chez ERASME ???

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=137056670357707&set=a.122214265175281.1073741829.100021601241269&type=3  

BELGIQUE: quelle société, quelle humanisme, quelle médecine: sommes-nous déjà entrés, de plain-pied, dans la société de robots, où ne compte plus que le fric, une société où plus personne ne rouspète, où tout le monde accepte automatiquement, où plus personne n' oserait dénoncer les scandales, qui font déjà notre quotidien, et qui pompent nos porte-monnaie…

Ma compagne a absolument besoin de rencontrer le Docteur Lasudry, service ophtalmologie de l' Hôpital ERASME à Bruxelles, …

Ce mercredi 18 octobre 2017, elle prend son gsm et elle téléphone, pour obtenir un premier rendez-vous,…

Elle a affaire à un répondeur: "vous êtes la 10e personne en ligne, prière d' attendre votre tour, … Vous êtes 9e, 8e, 5e, 1ère, … !".

Au bout de quelque 30 minutes d' attente, on décroche enfin: il y avait de quoi perdre patience, raccrocher, après avoir déjà dépensé pas mal de fric auprès de la société Proximus, …

En tout, la communication, PAR GSM, a duré exactement 48 minutes 44 secondes, …. Devinez pour quel montant, …

Il paraît finalement que le Dr appellera Mariette, demain, … (???!!!), …

Vous en pensez quoi de ce manque de personnel, de ces machines qui nous procurent le "progrès", un avenir plus facile et meilleur, … ??? Je parie que vous n' avez personnellement jamais rencontré ce genre de problème, … qui n' est cependant pas nouveau: nos hôpitaux ont tous actuellement au-mois une centrale téléphonique pour nous … "aiguiller", très à propos, …

De quoi devenir dingue et avoir le burn-out !

Publié dans Actualités et politique

Prenez Un rendez-vous chez ERASME ???

Prenez Un rendez-vous chez ERASME ???

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=137056670357707&set=a.122214265175281.1073741829.100021601241269&type=3

BELGIQUE: quelle société, quelle humanisme, quelle médecine: sommes-nous déjà entrés, de plain-pied, dans la société de robots, où ne compte plus que le fric, une société où plus personne ne rouspète, où tout le monde accepte automatiquement, où plus personne n’ oserait dénoncer les scandales, qui font déjà notre quotidien, et qui pompent nos porte-monnaie…

Ma compagne a absolument besoin de rencontrer le Docteur Lasudry, service ophtalmologie de l’ Hôpital ERASME à Bruxelles, …

Ce mercredi 18 octobre 2017, elle prend son gsm et elle téléphone, pour obtenir un premier rendez-vous,…

Elle a affaire à un répondeur: "vous êtes la 10e personne en ligne, prière d’ attendre votre tour, … Vous êtes 9e, 8e, 5e, 1ère, … !".

Au bout de quelque 30 minutes d’ attente, on décroche enfin: il y avait de quoi perdre patience, raccrocher, après avoir déjà dépensé pas mal de fric auprès de la société Proximus, …

En tout, la communication, PAR GSM, a duré exactement 48 minutes 44 secondes, …. Devinez pour quel montant, …

Il paraît finalement que le Dr appellera Mariette, demain, … (???!!!), …

Vous en pensez quoi de ce manque de personnel, de ces machines qui nous procurent le "progrès", un avenir plus facile et meilleur, … ??? Je parie que vous n’ avez personnellement jamais rencontré ce genre de problème, … qui n’ est cependant pas nouveau: nos hôpitaux ont tous actuellement au-mois une centrale téléphonique pour nous … "aiguiller", très à propos, …

De quoi devenir dingue et avoir le burn-out !

Publié dans Actualités et politique

ONDRAF: un scandale supplémentaire: Écolo, à son tour, pris dans le scandale, les mélasses, de la « bonne gouvernance » (sic):

https://i1.wp.com/static.skynetblogs.be/media/1350/ondraf-thumb.jpg

ONDRAF: un scandale supplémentaire: Écolo, à son tour, pris dans le scandale, les mélasses, de la "bonne gouvernance" (sic):
son administrateur bruxellois Hugues Latteur (démissionnaire ou pas ???!!!) aurait perçu quelque 25.000 euros, pour assister à 1 seule réunion en 4 ans, … Il paraît qu’ il vient de rembourser ces jours-ci, après la révélation du scandale,… Pour être juste,
je signale que des administrateurs PS et MR seraient aussi en cause, une fois de plus, …

Mais quel est donc le rôle et les devoirs du Conseil d’ administration de l’ Ondraf ???

Voici :

L’ONDRAF est soumis au contrôle d’une autorité de tutelle, composée des ministres fédéraux qui ont les Affaires économiques et l’Énergie dans leurs attributions. Un certain nombre de décisions
sont obligatoirement soumises à l’approbation de l’autorité de tutelle, à laquelle l’ONDRAF rend compte de ses activités à intervalles réguliers.
L’organisme est administré par un conseil d’administration. Ce conseil d’administration est investi des pouvoirs les plus étendus concernant sa gestion. Ses membres sont choisis pour leurs compétences scientifiques ou professionnelles. Le conseil d’administration
se fait conseiller par des comités consultatifs : le comité technique permanent et le comité d’audit financier.
L’ONDRAF est organisé selon un modèle fonctionnel qui garantit une mise en réseau efficace de toute l’information et de toutes les connaissances générées dans l’exercice de ses missions.

L’organisme est géré selon les règles de bonne gestion industrielle, financière et commerciale. Sa gestion quotidienne est confiée au directeur général, qui met en œuvre les décisions prises
par le conseil d’administration. Pour l’exécution de ses missions, l’ONDRAF s’appuie sur une équipe de collaborateurs spécialisés dans la grande diversité des domaines couverts par la gestion des déchets radioactifs.
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
TUTELLE

En tant qu’ organisme public, l’ ONDRAF est tenu d’élaborer et de mener sa politique de gestion des déchets radioactifs de façon à servir au mieux l’intérêt général.
Il est soumis au contrôle d’une autorité de tutelle, composée des ministres fédéraux qui ont les Affaires économiques et l’Énergie dans leurs attributions. Ces fonctions sont actuellement exercées conjointement par Monsieur Kris Peeters, ministre de l’Économie
et Madame Marie-Christine Marghem, ministre de l’ Énergie.
Conformément à la législation, l’ONDRAF soumet à l’approbation de son autorité de tutelle :

· le programme d’activités et le budget ;
· le rapport d’activités et les comptes annuels ;
· le statut et le cadre organique du personnel ;
· la désignation du directeur général et du directeur général adjoint ;
· le règlement d’ordre intérieur du conseil d’administration ;
· les contrats et actes administratifs engageant l’organisme.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

CONSEIL D’ADMINISTRATION

L’ONDRAF est administré par un conseil d’administration. Le conseil est composé d’un président, de deux vice-présidents et d’un maximum de onze autres membres, nommés pour un terme de six
ans renouvelable et choisis pour leurs compétences scientifiques ou professionnelles dans les domaines concernés par les activités de l’ONDRAF.

La composition du conseil d’administration doit respecter la parité linguistique et comprendre un représentant de chaque gouvernement régional. Deux commissaires du gouvernement fédéral,
un francophone et un néerlandophone, assistent aux réunions du conseil avec voix consultative et peuvent exercer un recours contre l’exécution des décisions qui y sont prises. Le directeur général et le directeur général adjoint de l’ONDRAF assistent aussi
aux réunions avec voix consultative.

Le conseil d’administration est investi des pouvoirs les plus étendus concernant la gestion de l’ONDRAF. Il est notamment chargé d’approuver :

· le programme d’activités et le budget annuels ;
· le rapport d’activités et les comptes annuels ;
· le statut et le cadre organique du personnel ;
· la désignation du personnel de direction ;
· les contrats et actes administratifs engageant l’organisme.

Le conseil d’administration est également chargé de veiller à la qualité et à la fiabilité de l’information financière et représente l’organisme dans les actes judiciaires. Il est régulièrement
informé par le directeur général de l’avancement des activités réalisées par l’organisme.

Le conseil s’appuie, pour prendre certaines de ses décisions, sur les rapports et évaluations présentés par la direction générale de l’organisme et sur les avis des comités consultatifs.

Président
Nele Roobrouck
Vice-présidents
Sam De Smedt
Nicolas De Coster – Région wallonne
Membres
Frank Demeyere
Saskia Opdebeeck
Luc Mabille
Michèle Oleo
NN
Vanessa Teixeira dos Santos
Caroline Van den Bergh
Cécilia Vermeulen
Jérémie Tojerow
Hugues Latteur – Région de Bruxelles Capitale
Kris Vreys – Région flamande
Commissaires du gouvernement
Pascal Vanderbecq
Sven Vaneycken
ONDRAF
Marc Demarche – Directeur général
Secrétaire
Valentine Vanhove
Mise à jour: 13 juin 2017

Mon avis personnel sur l’ affaire, qui tourné une fois de plus autour des rémunérations, traitements, de tous ces messieurs, élus ou non, qui sont chargés, ou qui se chargent, de gérer nos
institutions publiques pour le "bien de tous", contre des appointements bien grassouillets, en cumul avec bien d’ autres ressources publiques et/ou personnelles ???

J’ ai siégé personnellement jusqu’ en 1994, en tant que conseiller communal à COURCELLES, en compagnie du camarade Georges GLINEUR, dans l’ opposition à la majorité "socialiste" ABSOLUE,
qui régnait en maître, et n’ acceptait pas la présence du moindre représentant de l’ opposition dans les intercommunales en tant que délégué de notre Commune.

Georges GLINEUR et moi-même, nous avons toujours voulu savoir, sans y parvenir, être informé des traitements perçus par nos délégués communaux dans ces intercommunales: délégués, administrateurs,
membres des conseils de direction, présidences, commissaires, etc,…

Nous nous sommes heurtés, donc avant 1988, à un véritable MUR, …

Nous sommes tout juste parvenus, lors d’ une séance du Conseil, à une décision de principe. Nous avions convenus que lors d’ une prochaine séance, ces gens révéleraient personnellement leur
traitement, …

Un seul représentant de la commune de COURCELLES s’est exécuté, tout à son honneur: le PS Raymond SILENCE. Il était Président de l’ Intercommunale d’ assainissement de la Vallée du Piéton
(5 communes concernées) et percevait 30.000 frs Belges/mois.

Nos exigences portaient évidemment sur le contrôle des tous les élus, de TOUS les partis, et de toutes les communes affiliées, …

C’ est ainsi par exemple que le Camarade Maurice MAGIS, conseiller communal communiste au sein du Conseil communal du Grand-Charleroi, fut désigné pendant 6 ans, comme administrateur au
Palais des Beaux-Arts de Charleroi, ce qui était d’ ailleurs bien dans ses cordes….

Maurice MAGIS percevait pour cela 12.000 frsBelges/mois, qui étaient entièrement reversés à la trésorerie de la Fédération PCB de Charleroi, ce que je peux personnellement attester ayant
été gestionnaire de la trésorerie fédérale. Maurie MAGIS disposait évidemment en retour d’ une compensation pour ses dépenses personnelles réelles en tant que mandataire communal et aux Beaux Arts: l’ exercice d’ un mandat entraîne évidemment de telles dépenses,

Tous ces rappels pour aboutir au fait que personnellement j’ estime, à la lumière de tout ce qui se révèle aujourd’hui, que tous ces gens devraient bénéficier, non plus d’ un traitement,
mais d’ un simple jeton de présence, comme c’ est le cas pour les simples conseiller communaux: on est présent lors d’ une séance, ou en commission, on perçoit du fric en compensation pour les dépenses réelles, le temps consacré, un niveau de responsabilité,

On n’ est pas présent, on ne perçoit RIEN, point c’ est tout !

Mais, il est vrai, que cela pose un petit problème pour tous ces messieurs qui pourraient considérer leur avenir, en tant que carriériste cumulard à vie: un jeton de présence, ne donne pas
droit à une pension, un traitement oui, car il est mis sur le même pied qu’ une profession, … C’ est ce qui fait qu’ aujourd’ hui, lorsque vous demandez à ces gens qu’ elle est leur profession, certains vous répondront "bourgmestre", "député", "parlementaire
européen", probablement "ministre", … C’ était le cas d’ un certain Guy COEME, qui prétendait d’ ailleurs "être né pour servir les gens", c’ était sa "vocation", avant l’ affaire des hélicoptères de combat Agusta, …

Remarques pour ce qui concerne l’ Ondraf lui-même, son fonctionnement, l’ évacuation et la surveillance des déchets nucléaires: d’ abord une baudruche dure à dégonfler: on nous prétend depuis
des dizaines d’ années que l’ énergie nucléaire serait la moins chère à produire,… C’ est vrai à court terme, mais c’ est faux à long terme. En effet, aucune autre énergie ne produit des déchets aussi dangereux, aussi chères à évacuer, à surveiller, …
Certains éléments seraient effectivement radioactifs pendant 50.000 ans, … On imagine la "surveillance" et les milliards de dépenses, … Quant à l’ Ondraf, on imagine aussi la prudence et le sérieux de cet organisme, dirigé par un Conseil d’ administration
(de "compétents") où ses dirigeant grassement rémunérés se réunissent rarement, ou sont présents aux réunions… 25.000 euros pour une seule réunion en 4 ans ! En fait, une espèce de corps, sans tête. Aucune autre institution publique ne doit rémunérer ses
chômeurs à un tel tarif dans notre pays (???).

RoRo

J’aimeAfficher
plus de réactions

Commenter

Publié dans Actualités et politique

ONDRAF: un scandale supplmentaire: colo, son tour, pris dans le scandale, les mlasses, de la « bonne gouvernance » (sic):


Fog Romain

14 h ·

ONDRAF: un scandale supplémentaire: Écolo, à son tour, pris dans le scandale, les mélasses, de la "bonne gouvernance" (sic):
son administrateur bruxellois Hugues Latteur (démissionnaire ou pas ???!!!) aurait perçu quelque 25.000 euros, pour assister à 1 seule réunion en 4 ans, … Il paraît qu’ il vient de rembourser ces jours-ci, après la révélation du scandale,… Pour être juste, je signale que des administrateurs PS et MR seraient aussi en cause, une fois de plus, …

Mais quel est donc le rôle et les devoirs du Conseil d’ administration de l’ Ondraf ???

Voici :

L’ONDRAF est soumis au contrôle d’une autorité de tutelle, composée des ministres fédéraux qui ont les Affaires économiques et l’Énergie dans leurs attributions. Un certain nombre de décisions sont obligatoirement soumises à l’approbation de l’autorité de tutelle, à laquelle l’ONDRAF rend compte de ses activités à intervalles réguliers.
L’organisme est administré par un conseil d’administration. Ce conseil d’administration est investi des pouvoirs les plus étendus concernant sa gestion. Ses membres sont choisis pour leurs compétences scientifiques ou professionnelles. Le conseil d’administration se fait conseiller par des comités consultatifs : le comité technique permanent et le comité d’audit financier.
L’ONDRAF est organisé selon un modèle fonctionnel qui garantit une mise en réseau efficace de toute l’information et de toutes les connaissances générées dans l’exercice de ses missions.

L’organisme est géré selon les règles de bonne gestion industrielle, financière et commerciale. Sa gestion quotidienne est confiée au directeur général, qui met en œuvre les décisions prises par le conseil d’administration. Pour l’exécution de ses missions, l’ONDRAF s’appuie sur une équipe de collaborateurs spécialisés dans la grande diversité des domaines couverts par la gestion des déchets radioactifs.
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
TUTELLE

En tant qu’ organisme public, l’ ONDRAF est tenu d’élaborer et de mener sa politique de gestion des déchets radioactifs de façon à servir au mieux l’intérêt général.
Il est soumis au contrôle d’une autorité de tutelle, composée des ministres fédéraux qui ont les Affaires économiques et l’Énergie dans leurs attributions. Ces fonctions sont actuellement exercées conjointement par Monsieur Kris Peeters, ministre de l’Économie et Madame Marie-Christine Marghem, ministre de l’ Énergie.
Conformément à la législation, l’ONDRAF soumet à l’approbation de son autorité de tutelle :

· le programme d’activités et le budget ;
· le rapport d’activités et les comptes annuels ;
· le statut et le cadre organique du personnel ;
· la désignation du directeur général et du directeur général adjoint ;
· le règlement d’ordre intérieur du conseil d’administration ;
· les contrats et actes administratifs engageant l’organisme.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

CONSEIL D’ADMINISTRATION

L’ONDRAF est administré par un conseil d’administration. Le conseil est composé d’un président, de deux vice-présidents et d’un maximum de onze autres membres, nommés pour un terme de six ans renouvelable et choisis pour leurs compétences scientifiques ou professionnelles dans les domaines concernés par les activités de l’ONDRAF.

La composition du conseil d’administration doit respecter la parité linguistique et comprendre un représentant de chaque gouvernement régional. Deux commissaires du gouvernement fédéral, un francophone et un néerlandophone, assistent aux réunions du conseil avec voix consultative et peuvent exercer un recours contre l’exécution des décisions qui y sont prises. Le directeur général et le directeur général adjoint de l’ONDRAF assistent aussi aux réunions avec voix consultative.

Le conseil d’administration est investi des pouvoirs les plus étendus concernant la gestion de l’ONDRAF. Il est notamment chargé d’approuver :

· le programme d’activités et le budget annuels ;
· le rapport d’activités et les comptes annuels ;
· le statut et le cadre organique du personnel ;
· la désignation du personnel de direction ;
· les contrats et actes administratifs engageant l’organisme.

Le conseil d’administration est également chargé de veiller à la qualité et à la fiabilité de l’information financière et représente l’organisme dans les actes judiciaires. Il est régulièrement informé par le directeur général de l’avancement des activités réalisées par l’organisme.

Le conseil s’appuie, pour prendre certaines de ses décisions, sur les rapports et évaluations présentés par la direction générale de l’organisme et sur les avis des comités consultatifs.

Président
Nele Roobrouck
Vice-présidents
Sam De Smedt
Nicolas De Coster – Région wallonne
Membres
Frank Demeyere
Saskia Opdebeeck
Luc Mabille
Michèle Oleo
NN
Vanessa Teixeira dos Santos
Caroline Van den Bergh
Cécilia Vermeulen
Jérémie Tojerow
Hugues Latteur – Région de Bruxelles Capitale
Kris Vreys – Région flamande
Commissaires du gouvernement
Pascal Vanderbecq
Sven Vaneycken
ONDRAF
Marc Demarche – Directeur général
Secrétaire
Valentine Vanhove
Mise à jour: 13 juin 2017

Mon avis personnel sur l’ affaire, qui tourné une fois de plus autour des rémunérations, traitements, de tous ces messieurs, élus ou non, qui sont chargés, ou qui se chargent, de gérer nos institutions publiques pour le "bien de tous", contre des appointements bien grassouillets, en cumul avec bien d’ autres ressources publiques et/ou personnelles ???

J’ ai siégé personnellement jusqu’ en 1994, en tant que conseiller communal à COURCELLES, en compagnie du camarade Georges GLINEUR, dans l’ opposition à la majorité "socialiste" ABSOLUE, qui régnait en maître, et n’ acceptait pas la présence du moindre représentant de l’ opposition dans les intercommunales en tant que délégué de notre Commune.

Georges GLINEUR et moi-même, nous avons toujours voulu savoir, sans y parvenir, être informé des traitements perçus par nos délégués communaux dans ces intercommunales: délégués, administrateurs, membres des conseils de direction, présidences, commissaires, etc,…

Nous nous sommes heurtés, donc avant 1988, à un véritable MUR, …

Nous sommes tout juste parvenus, lors d’ une séance du Conseil, à une décision de principe. Nous avions convenus que lors d’ une prochaine séance, ces gens révéleraient personnellement leur traitement, …

Un seul représentant de la commune de COURCELLES s’est exécuté, tout à son honneur: le PS Raymond SILENCE. Il était Président de l’ Intercommunale d’ assainissement de la Vallée du Piéton (5 communes concernées) et percevait 30.000 frs Belges/mois.

Nos exigences portaient évidemment sur le contrôle des tous les élus, de TOUS les partis, et de toutes les communes affiliées, …

C’ est ainsi par exemple que le Camarade Maurice MAGIS, conseiller communal communiste au sein du Conseil communal du Grand-Charleroi, fut désigné pendant 6 ans, comme administrateur au Palais des Beaux-Arts de Charleroi, ce qui était d’ ailleurs bien dans ses cordes….

Maurice MAGIS percevait pour cela 12.000 frsBelges/mois, qui étaient entièrement reversés à la trésorerie de la Fédération PCB de Charleroi, ce que je peux personnellement attester ayant été gestionnaire de la trésorerie fédérale. Maurie MAGIS disposait évidemment en retour d’ une compensation pour ses dépenses personnelles réelles en tant que mandataire communal et aux Beaux Arts: l’ exercice d’ un mandat entraîne évidemment de telles dépenses, …

Tous ces rappels pour aboutir au fait que personnellement j’ estime, à la lumière de tout ce qui se révèle aujourd’hui, que tous ces gens devraient bénéficier, non plus d’ un traitement, mais d’ un simple jeton de présence, comme c’ est le cas pour les simples conseiller communaux: on est présent lors d’ une séance, ou en commission, on perçoit du fric en compensation pour les dépenses réelles, le temps consacré, un niveau de responsabilité, …

On n’ est pas présent, on ne perçoit RIEN, point c’ est tout !

Mais, il est vrai, que cela pose un petit problème pour tous ces messieurs qui pourraient considérer leur avenir, en tant que carriériste cumulard à vie: un jeton de présence, ne donne pas droit à une pension, un traitement oui, car il est mis sur le même pied qu’ une profession, … C’ est ce qui fait qu’ aujourd’ hui, lorsque vous demandez à ces gens qu’ elle est leur profession, certains vous répondront "bourgmestre", "député", "parlementaire européen", probablement "ministre", … C’ était le cas d’ un certain Guy COEME, qui prétendait d’ ailleurs "être né pour servir les gens", c’ était sa "vocation", avant l’ affaire des hélicoptères de combat Agusta, …

Remarques pour ce qui concerne l’ Ondraf lui-même, son fonctionnement, l’ évacuation et la surveillance des déchets nucléaires: d’ abord une baudruche dure à dégonfler: on nous prétend depuis des dizaines d’ années que l’ énergie nucléaire serait la moins chère à produire,… C’ est vrai à court terme, mais c’ est faux à long terme. En effet, aucune autre énergie ne produit des déchets aussi dangereux, aussi chères à évacuer, à surveiller, … Certains éléments seraient effectivement radioactifs pendant 50.000 ans, … On imagine la "surveillance" et les milliards de dépenses, … Quant à l’ Ondraf, on imagine aussi la prudence et le sérieux de cet organisme, dirigé par un Conseil d’ administration (de "compétents") où ses dirigeant grassement rémunérés se réunissent rarement, ou sont présents aux réunions… 25.000 euros pour une seule réunion en 4 ans ! En fait, une espèce de corps, sans tête. Aucune autre institution publique ne doit rémunérer ses chômeurs à un tel tarif dans notre pays (???).

RoRo

L’image contient peut-être : intérieur

J’aimeAfficher plus de réactions
Commenter Partager

Publié dans Actualités et politique